CAPSULE 5 – Si confinement rime avec harcèlement…

CAPSULE 5 – Si confinement rime avec harcèlement…

Par Élise Marsollier, PhD., consultante en performance mentale chez Excellence Sportive Québec-Lévis

et Amélie Soulard, D.Ps. – Psychologue et préparatrice mentale à l’INS Québec

 

La situation de confinement actuelle crée tout un arc-en-ciel d’émotions chez les athlètes. Pour certains, l’incertitude et l’inconnu amènent un stress supplémentaire, d’autres vivent la perte et la tristesse de ne pas pouvoir s’entraîner et côtoyer leurs coéquipiers, d’autres encore sont plein d’optimisme et d’espoir pour l’an prochain. Sur le plan de la motivation, certains redoublent d’efforts sachant qu’ils auront une chance de revenir en force lorsque les compétitions reprendront, alors que d’autres ont réduit leur régime d’entraînement ou manquent de motivation pour poursuivre leur entraînement à la maison. Ces différentes réactions sont tout à fait normales et légitimes dans la présente situation.

Il est possible que certaines personnes (parents, entraîneurs, dirigeants sportifs, coéquipiers, partenaires de vie, etc.) cherchent à mettre une pression supplémentaire sur vos épaules d’athlètes, ce qui pourrait avoir comme conséquences d’augmenter le stress ou le sentiment d’impuissance ou de culpabilité que vous vivez peut-être déjà. Il est aussi possible que cette situation de confinement vous amène à réfléchir sur les relations que vous entretenez avec ces personnes et que vous réalisiez que ces relations sont néfastes pour votre bien-être. Qu’est-ce qu’une relation toxique? Quand peut-on dire qu’on vit du harcèlement, de l’intimidation, ou même de la violence?

Une relation interpersonnelle toxique et malsaine peut prendre plusieurs formes. Se sentir contraint ou obligé de faire des choses qu’on n’a pas envie de faire ou pour lesquelles on n’est pas prêt, se sentir menacé ou face à un ultimatum, être insulté, rabaissé, discriminé, avoir l’impression de toujours marcher sur des œufs pour ne pas déclencher la colère de l’autre, se faire pousser, secouer, frapper, se faire lancer des objets, sont autant de manifestions de violence physique, émotionnelle ou sexuelle.

Plusieurs organismes ont à cœur votre sécurité. Sport’Aide a pour mission d’initier et de guider la mise en œuvre d’initiatives favorisant des environnements sportifs sains, sécuritaires et harmonieux pour les jeunes sportifs québécois.

Pour ce faire, Sport’Aide offre un service d’accompagnement qui repose sur quatre axes :

  • Écoute et accompagnement via un service téléphonique et virtuel gratuit et confidentiel
  • Conseil et accompagnement aux organisations sportives et de loisirs, mais aussi aux parents, aux bénévoles, etc.
  • Éducation et communication grand public via les médias traditionnels et sociaux
  • Action-recherche (développement d’outils basés sur une expertise scientifique)

Pour remplir sa mission, Sport’Aide s’est notamment entouré de chercheurs, de travailleurs sociaux et de consultants tant en psychologie clinique qu’en performance mentale. Aussi, si vous avez besoin d’aide, ou simplement besoin de parler, vous pouvez communiquer avec Sport’Aide par téléphone ou SMS, par courriel, via Facebook ou leur site web :

  • 1 833 211-AIDE (2433)
  • 1 833 245-HELP (4357)
  • aide@sportaide.ca
  • facebook.com/sportaide

N’oubliez pas que l’INS Québec, appuyé par sa Politique sur le respect des personnes et la prévention du harcèlement, s’est engagé à maintenir un environnement exempt de toute forme de harcèlement et de violence, et à assurer le respect, la sécurité et la dignité de toutes les personnes, y compris celle de sa clientèle d’athlètes et d’entraîneurs. Aussi, si vous vous questionnez ou si vous souhaitez dénoncer une situation, nous restons disponibles pour écouter et vous guider. Vous pouvez communiquer avec :

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires