MISES À JOUR DU COMITÉ CONSULTATIF DE MÉDECINE SPORTIVE – 15 avril 2020

Communiqué d’information COVID-19

MISES À JOUR DU COMITÉ CONSULTATIF DE MÉDECINE SPORTIVE

Mise à jour #12 – 15 avril 2020

 

Mise à jour au sujet de la maladie

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 est de plus de 2 millions avec 490 000 personnes guéries et 128 000 décès. La distanciation physique et l’isolement volontaire sont en place dans plus de 50 pays et touchent plus de 2,3 milliards de personnes.  Si certains pays ont ralenti le doublement du nombre de nouveaux cas et de décès, d’autres régions du monde voient ces taux s’accélérer. Nous commençons à observer une deuxième vague dans les pays qui avaient assoupli leurs restrictions et nous surveillons cela de près car cette situation aura des effets sur d’autres pays, dont le Canada, à l’avenir.

Au Canada, nous avons plus de 27 000 cas, 903 décès et 8 250 guérisons. Sur les 18 000 cas actuellement actifs au Canada, 97 % sont considérés comme légers. De nombreux décès sont dus à des éclosions dans des maisons de retraite, ce qui a incité beaucoup de personnes à envisager d’assouplir leurs mesures de distanciation physique et d’hygiène. Bien que les courbes commencent à s’aplatir, l’assouplissement des restrictions comporte de nombreux risques et nous ne pouvons que souligner à nouveau qu’au Canada, les ressources disponibles sont limitées et qu’une propagation asymptomatique se produit, alors veuillez continuer à supposer que tous les autres sont atteints de la COVID et agir de manière responsable. Malgré les reportages des médias sur certains sports ou ligues discutant de la reprise du mois de juin, ce n’est pas imminent au Canada. Le CIO, le CIP et les FI continuent de travailler à la confirmation d’un calendrier de qualification révisé pour Tokyo et du calendrier des compétitions d’hiver. Il est encore trop tôt pour que nous commencions à nous entraîner en groupe ou dans des installations communes, car les risques de transmission et d’infection sont encore très élevés.

Entraînement

Comme indiqué dans les mises à jour précédentes, nous encourageons fortement les athlètes à profiter de cette période d’isolement obligatoire pour travailler avec leurs entraîneurs, les DHP, les ÉSI et les médecins en chef afin de corriger les déficiences biomécaniques et physiques connues qui peuvent être facilement réglées par un entraînement à domicile et de NE PAS essayer d’atteindre des performances maximales cette année (la justification a été abordée dans les versions précédentes). Si vous présentez des symptômes, vous ne devez pas vous entraîner avant d’avoir contacté votre médecin d’équipe, votre médecin en chef, le médecin de votre ICS ou votre médecin de famille afin d’éviter toute complication potentielle, etc.

Une étude récente menée par un groupe belge et néerlandais s’est penchée sur le courant d’air et les particules pendant l’exercice. En se fondant sur ces résultats contrôlés en laboratoire (pas de vent dominant, etc.), le scientifique conseille que la distance entre les personnes se déplaçant dans la même direction en une seule ligne soit d’au moins 4 à 5 mètres pour la marche, de 10 mètres pour la course et le vélo sans effort et d’au moins 20 mètres pour le vélo intense. En outre, lorsqu’on dépasse quelqu’un, il est conseillé d’être déjà dans une autre voie à une distance considérable, par exemple 20 mètres pour le vélo.

Instituts et centres d’entraînement

À ce stade, tous les Canadiens restent sous la direction des services de santé publique nationaux et provinciaux et, à ce titre, tous les instituts et centres d’entraînement publics restent fermés dans un avenir rapproché.

Santé mentale 

La COVID-19 a entraîné des changements dans notre routine quotidienne, l’afflux constant d’informations et l’incertitude quant à l’avenir. En conséquence, le groupe de travail sur la santé mentale et la performance mentale dans le cadre de la COVID-19 constate une gamme de réactions de la part de la communauté sportive, notamment une augmentation de l’anxiété et du stress, une fluctuation de la motivation, des préoccupations concernant l’entraînement et le déconditionnement, la crainte d’un isolement prolongé et d’un manque de connexion, mais aussi des capacités d’adaptation positive et de résilience. En plus de prendre soin de notre santé physique, il est tout aussi important de protéger notre santé mentale, de promouvoir le bien-être et de développer notre condition mentale et notre résilience. Les intervenants en médecine du sport doivent anticiper le besoin d’un soutien supplémentaire en matière de santé mentale pour les athlètes, les entraîneurs et le personnel en ces temps d’incertitude et peuvent se référer au guide de ressources suivant pour les personnes qui pourraient bénéficier d’un soutien supplémentaire. (Ressource en santé mentale).

De plus, les athlètes, les entraîneurs et le personnel de soutien sont invités à prendre contact avec leurs conseillers en performance mentale (CPM) pour discuter d’un plan visant à renforcer leur performance mentale et leur résilience. Ceux qui n’ont pas de CPM peuvent consulter le site web de l’Association canadienne de psychologie du sport (ACPS) (https://www.cspa-acps.com) pour connaître les CPM accrédités au pays

Lire la suite du communiqué ici

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires