Le Multisport, édition du 21 avril 2015

Maxime Brinck-Croteau surprenant vice-champion panaméricain

20150421brinckcroteaumaxime
Maxime
Brinck-Croteau

L’épéiste Maxime Brinck-Croteau a causé toute une surprise dimanche quand il a atteint la finale des Championnats panaméricains d’escrime à Santiago, au Chili.

Pointant au 251e rang sur l’échiquier international, le Gatinois d’origine a finalement été freiné par le médaillé d’or des Jeux olympiques de Londres, le Vénézuélien Ruben Limardo Gascon, 62e au monde, vainqueur 10-6.

« Limardo est un escrimeur solide. J’ai raté quelques actions alors il a pris l’avance et l’a maintenue », a indiqué le Québécois.

En quart de finale, Brinck-Croteau a triomphé 12-10 contre l’Américain Jason Pryor, 49e au classement de la Fédération internationale d’escrime (FIE), avant de maîtriser le Cubain Reynier Henriquez Ortiz 4-3 en demi-finale.

Invaincu en six sorties dans la ronde des poules, celui qui réside maintenant en Ontario a été exempté de la première ronde du tableau principal. Il l’a par la suite emporté 15-7 face au Mexicain Omar Carrillo et contre l’Américain Ariel Simmons, 160e mondial.

« Je suis très heureux de mes résultats en général, car ils me mettent en bonne position pour la qualification olympique », a commenté l’escrimeur qui a combattu malgré des blessures à un poignet et à une cheville.

Jean Lelion, classé 254e, a pour sa part accédé aux quarts de finale où il a cependant été éliminé 14-9 par Henriquez Ortiz, ce qui l’a placé sixième. Victorieux cinq fois en six duels des poules, le Montréalais n’a pas eu à tirer dans le tableau de 64. Il a ensuite disposé du Péruvien Alex Landavere, 184e, 15-13 et du Saskatchewanais Leland Guillemin, 270e, 15-12.

Hugues Boisvert-Simard a été écarté dans les huitièmes de finale et a conclu au 16e rang.

Du côté des femmes, les sabreuses étaient à l’honneur et la Blainvilloise Gabriella Page a fini 14e.

Maximilien Van Haaster huitième

Samedi, le fleurettiste Maximilien Van Haaster a signé la meilleure performance québécoise en terminant huitième. Van Haaster, 57e au monde, s’est arrêté en quart de finale, où il a été éliminé 15-13 par l’éventuel médaillé d’or, l’Américain Race Imboden, deuxième au classement international.

« Il m’a touché sur quelques contre-attaques et ça m’a fait perdre confiance dans mes attaques », a souligné le Montréalais, déçu d’avoir vu son tournoi se terminer ainsi. « J’ai bien tiré pour une bonne partie de la journée, mais je n’ai pas été capable de garder ça jusqu’à la fin. »

Dans la ronde des poules, Van Haaster a remis une fiche de cinq victoires et une défaite. Il a ensuite vaincu le Colombien Santiago Pachon 15-8, puis son compatriote Eli Schenkel 15-8.

Le Montréalais Anthony Prymack était aussi en lice et a fini 15e.

Chez les femmes, l’épéiste Malinka Hoppe a terminé 14e.


Aurélie Rivard dominante à Berlin

rivardaurelie_photoNatationCanada
Photo Natation Canada
Aurélie Rivard

La paranageuse Aurélie Rivard a brillé à l’Open de Berlin, en Allemagne, remportant quatre des cinq courses auxquelles elle a participé dans la catégorie S10. Elle a dominé le 50 m libre, le 100 m dos, le 100 m libre et le 200 m QNI, en plus de terminer deuxième au 400 m libre.

« C’est vraiment encourageant pour le gros été qui s’en vient. J’ai gagné quatre des cinq événements auxquels j’ai participé. Ça permet de gagner de la confiance et de la motivation », a indiqué la médaillée d’argent aux Jeux paralympiques de Londres en 2012.

Ses performances lui ont permis de se classer pour les finales A où des athlètes de toutes catégories confondues se disputaient l’or selon leur classement sur la charte mondiale de paranatation. Rivard a terminé deux fois septième selon ce classement, au 50 m libre et au 100 m libre.

Maintenant que la semaine est terminée, Rivard se concentrera sur certains points à améliorer à l’entraînement. « Je dois travailler sur ma force pour être capable de bien finir mes courses en puissance. Je dois aussi améliorer quelques éléments techniques sur certains styles de nage », a dit l’athlète.

 


Bédard et Dembe victorieux au Brésil

20150421dembebedard
Joel Dembe et
Philippe Bédard

Les joueurs de tennis en fauteuil roulant Philippe Bédard et Joel Dembe ont remporté la finale de double de l’Open d’Uberlândia (ITF Futures Series), samedi, au Brésil. Opposés aux Brésiliens Carlos Santos et Mauricio Pomme, troisièmes têtes de série, les deux Canadiens, deuxièmes favoris, se sont imposés en deux manches de 6-4 et 6-0.

« C’est une superbe performance qui est encourageante en vue des Jeux parapanaméricains, a affirmé Bédard. Avant d’embarquer sur le court, j’ai dit à Joel d’imaginer que nous étions dans le match de la médaille d’or à Toronto. »

Les représentants de l’unifolié ont été en contrôle du match du début à la fin. « Nous étions les attaquants et c’est nous qui avons dicté l’allure du match. Notre deuxième manche a tout simplement été parfaite », a analysé l’athlète de Bromont.

Plus tôt dans le tournoi, Bédard et son coéquipier torontois ont éliminé tour à tour les paires brésiliennes formées de Paulo Renato De Andrade et Sebastiao Silva, Marcelo De Paula et Raul Ortega, puis, en demi-finale, Adalberto Rodrigues et Francisco Cayulef.

En simple, Bédard a été sorti en quart de finale par le Brésilien Rafael Medeiros, deuxième tête de série du tournoi et 29e joueur au monde, en trois manches de 6-7, 6-1 et 7-6.

Après avoir remporté la première manche, l’athlète de 33 ans n’a pu poursuivre le rythme. « J’ai perdu ma concentration lorsque Rafael a eu un problème avec une roue et a pris une pause de 30 minutes pour la réparer. Je suis revenu complètement à plat et mon tennis n’était pas bon du tout », a expliqué le 57e joueur mondial.

Bédard a tout de même réussi à revenir dans le match en fin de troisième manche. Tirant de l’arrière 5-2, il est parvenu à combler l’écart et créer l’égalité à 6-6 avant de voir son adversaire l’emporter. « Je me suis battu jusqu’à la fin. Je suis fier de mon combat », a-t-il raconté.

En première ronde, le Québécois avait eu raison du Brésilien Marcelo De Oayla en deux manches de 6-0 et 6-0. Il s’était ensuite imposé vis-à-vis de Flavio Santos, également du Brésil, en 6-1 et 6-0.


Maxence Parrot termine sa saison sur la troisième marche

20150421parrotmaxence
Maxence Parrot

À sa dernière sortie de la saison, le planchiste québécois Maxence Parrot est monté sur la troisième marche du podium de l’épreuve de slopestyle présentée dans le cadre du Shred Show, à Whistler, en Colombie-Britannique.

Le Saskatchewanais Mark McMorris s’est imposé au terme des trois descentes alors que l’Américain Kyle Mack, deuxième, s’est classé entre les deux Canadiens.

« C’était une grosse finale! Je suis content d’avoir atterri mon triple cork du premier coup sur le dernier saut », s’est réjoui Parrot, heureux d’avoir pu profiter de parfaites conditions de neige. « Il faisait 15 degrés, il y avait un ciel bleu et aucun vent. C’était une journée extraordinaire! »

Après avoir réussi ses deux premières descentes, le Bromontois a été déséquilibré à son premier saut lors de son dernier passage en piste. « J’ai voulu prendre un peu trop d’amplitude alors je n’ai pas atterri parfaitement », a-t-il expliqué.

Sa saison terminée, Parrot restera quelques jours de plus à Whistler avant de retourner au Québec, où il recommencera l’entraînement en gymnase.

Champion des X Games en slopestyle et au Big Air en 2014, Parrot n’aura peut-être pas répété l’exploit cette année, mais il compte tout de même plusieurs bons coups au fil de la saison. « J’ai tout de même fini deuxième au Big Air des X Games en plus de gagner pour la première fois en Suède (ndlr : Ale Invite en Big Air) et au Shakedown. »

« Ce n’est pas ma meilleure année, mais elle n’est pas mauvaise non plus! Je continue d’évoluer et c’est ce qui est important », a conclu l’athlète de 20 ans qui sera de retour à la compétition en août prochain.


Le Canada au pied du podium

DuhamelRadford
Meagan Duhamel et
Eric Radford

Malgré une victoire d’Eric Radford et Meagan Duhamel à l’épreuve de couple, le Canada a terminé quatrième au classement général du Trophée mondial par équipe qui avait lieu à Tokyo, au Japon, la semaine dernière.

Ce sont les Américains qui ont remporté le trophée avec un pointage total de 110, devançant la Russie d’un seul point. Le Japon a pris le troisième rang en méritant 103 points alors que les 82 points amassés par le Canada n’ont pas été suffisants pour monter sur le podium.

Radford et Duhamel étaient classés deuxièmes après le programme court derrière les Chinois Han Cong et Sui Wenjing. Le couple de patineurs qui s’entraîne à Montréal s’est repris au programme libre et a dominé la compétition, amassant un total de 23 points pour le Canada.

« C’était une compétition difficile pour moi, a confié Radford. Jeudi, j’étais branché sur intraveineuses à l’hôpital à cause d’un empoisonnement alimentaire. Je croyais vraiment que je n’allais pas pouvoir participer à la compétition, mais nous avons très bien patiné et nous avons réussi à terminer la saison avec une autre victoire. Nous sommes contents que la saison soit finalement terminée et nous sommes impatients de commencer notre tournée avec Star on Ice Canada. »


« Mon meilleur résultat depuis longtemps » – Carol-Ann Ware

WareCarolAnn
Carol-Ann Ware

La plongeuse québécoise Carol-Ann Ware s’est classée quatrième à la tour de 10 mètres au Grand Prix de San Juan, à Porto Rico, dimanche. Elle attendait un résultat comme celui-là depuis longtemps.

Les juges lui ont accordé un total de 313,15 points pour ses efforts en finale, tandis que la Chinoise Siyu Ji (351,80), la Japonaise Minami Itahashi (323,55) et la Brésilienne Ingrid O Oliveira (319,25) sont montées sur le podium.

« Ça s’est bien passé à la plupart de mes plongeons, a commenté l’athlète de Beloeil. J’en ai raté deux et c’est ce qui m’a coûté une médaille, mais mon but était de faire du mieux que je pouvais à ce moment-là.  J’ai bien réussi. »

Vendredi, après avoir pris le 10e rang des qualifications avec 251,05 points, Ware avait dominé sa vague de demi-finale pour la première fois de sa carrière grâce à un pointage de 302,80. « J’étais vraiment contente d’avoir remporté ma demi-finale, mais pas autant qu’après m’a finale. Une quatrième place, c’est mon meilleur résultat depuis longtemps! »

Le prochain objectif de Ware est de bien plonger aux Championnats canadiens d’été, en mai. « Je veux me qualifier pour un autre Grand Prix et pour les Jeux mondiaux universitaires entre autres. Les nationaux sont vraiment importants pour mes prochains objectifs. »


Lambert défaite par Longoria en demi-finale

lambertfrederique
Frédérique Lambert

Cela faisait déjà plus d’un mois que la Québécoise Frédérique Lambert et la Mexicaine Paola Longoria s’étaient fait face. Et puisque le dernier duel entre les deux joueuses s’était terminé en sa faveur, la Montréalaise se doutait bien que son adversaire l’attendrait au détour, samedi, en demi-finale du Pro-Am Mile High, un tournoi du circuit professionnel féminin de racquetball disputé à Denver, au Colorado.

Longoria, favorite de la compétition et numéro un mondiale, a gagné sa place en finale en s’imposant en trois parties de 12-10, 11-7 et 11-2 contre Lambert, quatrième tête de série.

Plus tôt dans la journée, Lambert avait eu besoin de cinq parties en quart de finale pour se défaire de la Mexicaine Samantha Salas Solis. Après avoir remporté la première partie 11-6, elle a perdu les deux suivantes 11-5 et 11-4 avant de retrouver son erre d’aller et s’imposer 11-3 et 11-4 pour sceller l’issue de la rencontre.

Comme la Québécoise profitait d’un laissez-passer au premier tour, elle n’avait disputé qu’un match le vendredi, une victoire sur la Guatémaltèque Gabriela Martinez par la marque de 9-11, 11-7, 11-2 et 11-8.

Lambert participait également au tournoi de double mixte aux côtés de l’Américain Jordan Walters. Après avoir remporté leur match de quart de finale contre les Américains T.J. Baumbaugh et Parker Bremner 15-11 et 15-5, Lambert et Walters ont été défaits en demi-finale par les favoris Sheryl Lotts et Brad Schopieray, tous deux des États-Unis, par la marque de 10-15, 15-6 et 11-5.


Les Canadiennes reléguées au sixième rang à la maison

20150421rugby
Photo Rugby Canada

Pour la première fois en deux saisons, l’équipe canadienne féminine de rugby à sept n’a pas atteint les demi-finales d’une étape des Séries mondiales, elle qui a été vaincue 12-5 en quart de finale par la formation anglaise avant de terminer sixième, dimanche, à Langford, en Colombie-Britannique.

Tirant de l’arrière 7-0 en première demie face aux Anglaises,  les Canadiennes ont pu répliquer avec un essai de la Montréalaise Bianca Farella, mais leurs rivales ont ensuite récupéré leur avance.

« Notre performance n’était pas à la hauteur de nos attentes », a résumé Karen Paquin, de Québec.

Dans les rencontres de classement pour les places 5 à 8, les Canadiennes ont écrasé les Fidjiennes 45-0. Paquin a participé à cette victoire à sens unique en marquant deux essais et Natasha Watchman-Roy, de Gatineau, en a également réussi un.

À leur dernière sortie de la journée, dans le duel pour le cinquième rang, les favorites de la foule ont été défaites 19-12 par les Américaines, qui ont du coup savouré une petite revanche.

Samedi, les Canadiennes s’étaient imposées 26-15 contre les Russes, puis 47-0 face aux Sud-Africaines, avant de compléter les préliminaires en l’emportant 19-15 vis-à-vis des Américaines.

« Nous savions qu’elles allaient être physiques. Nous avons manqué un peu d’énergie, mais il faut avouer qu’elles ont bien joué, a souligné la Trifluvienne Élissa Alarie. Nous avons manqué de finition à la fin. Nous avons eu de bonnes chances de marquer. »

Les Néo-Zélandaises ont poursuivi leur domination en remportant leur quatrième victoire en quatre étapes des Séries mondiales cette saison, disposant des Russes 29-10 en finale. La troisième place est revenue aux Anglaises qui ont défait les Françaises 19-7.

Au classement général de la compétition, les Néo-Zélandaises trônent au sommet grâce à leur récolte de 80 points. Les Canadiennes restent au deuxième échelon avec 58 points devant les Australiennes (56) et les Françaises (52). Les Américaines (48) et les Anglaises (48) suivent.

Les porte-couleurs de l’unifolié sont ainsi bien placées pour décrocher un laissez-passer en vue des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Rappelons que les quatre meilleures équipes au classement final des Séries mondiales 2014-2015 se qualifieront pour le prestigieux rendez-vous.


Le Canada rétrogradé en Fed Cup

20150421abandafrancoise
Photo Tennis Canada
Françoise Abanda

Le Canada a été relégué au Groupe mondial II de la Fed Cup après avoir été battu en rencontre de barrage face à la Roumanie, cette fin de semaine, à l’aréna Maurice-Richard à Montréal.

L’équipe canadienne avait pourtant remporté le premier duel au programme grâce à une impressionnante victoire de la Montréalaise Françoise Abanda, 260e raquette mondiale, sur Irina Camélia Begum 33e au monde, en trois manches de 4-6, 7-5 et 6-4.

« Je suis super excitée de m’en être tirée dans ce match difficile à Montréal. Je suis née et j’ai été élevée ici. Je voulais tellement gagner devant mon monde. Je vais me rappeler de ce jour toute ma vie  »,  s’est réjouie Abanda.

La formation nationale n’a pu poursuivre cette lancée puisqu’Eugenie Bouchard, de Westmount, a baissé pavillon lors des deux matchs suivants. La septième joueuse mondiale a d’abord été défaite par Alexandra Dulgheru (69e) en deux manches identiques de 6-4 samedi, puis a baissé pavillon 4-6, 6-4 et 6-1 face à Andreea Mitu dimanche.

De retour sur le terrain pour tenter de conserver le Canada en vie, Abanda s’est bien battue, mais a plié l’échine en trois manches de 3-6, 7-5 et 6-2 contre Dulgheru, donnant ainsi la victoire aux Roumaines.

Dans un match de double sans incidence, les Canadiennes Gabriella Dabrowski et Sharon Fichman l’ont emporté 6-1, 4-6 et 10-5 sur Mitu et Raluca Olaru.

Le Canada se retrouvera donc dans le groupe mondial II en 2016 aux côtés de l’Australie, du Bélarus, de l’Espagne, des États-Unis, de la Pologne, de la Serbie et de la Slovaquie.


Gauthier, Marcotte et Fullum entraîneurs du mois de mars

Gauthier_Marcotte
Richard Gauthier et
Bruno Marcotte

Meagan Duhamel et Eric Radford ont conclu une saison parfaite en remportant la médaille d’or en couple aux Championnats du monde de patinage artistique qui ont eu lieu à Shanghai, en Chine, le mois dernier. Leurs entraîneurs Richard Gauthier, Bruno Marcotte et Sylvie Fullum sont donc décorés du titre des entraîneurs du mois de mars, une récompense décernée par l’Institut national du sport du Québec et le Club de la médaille d’or.

Depuis quelques années déjà, ces deux athlètes qui ont grandi en Ontario sont déménagés au Québec afin de profiter de l’expertise du trio d’entraîneurs. Signe que le Québec est bien leur terre d’adoption, ils ont patiné leur programme court de la dernière saison au son de la chanson de Jean-Pierre Ferland Un peu plus haut, interprétée par Ginette Reno.

Si la grande chanteuse a été le porte-bonheur des Canadiens de Montréal lors des séries de la Coupe Stanley de 2014, elle l’aura aussi été pour les patineurs qui ont remporté toutes les épreuves auxquelles ils ont pris part en 2014-2015.

« J’attribue le succès de Meagan et Eric à leur détermination et à leur façon de travailler qui est exemplaire pour tous nos autres athlètes. Leur prestation à Shanghai ne fut pas une surprise, mais plutôt un résultat bien mérité… et je crois que vous n’avez encore rien vu d’eux! » croit Richard Gauthier.

« Ils font avancer la discipline des couples, ce qui est à mon avis un très grand accomplissement. Nous sommes très fiers d’avoir pu donner à Eric et Meagan un environnement positif afin qu’ils atteignent leurs objectifs », poursuit-il.

Pour sa part, Bruno Marcotte indique que c’est le rythme de la progression du couple qui l’a mené au titre mondial.

« Tout a été fait de façon graduelle. Chaque année, nous avons donné à Meagan et Eric des objectifs plus élevés, mais aussi très réalistes. La clé avec eux, c’est qu’ils doivent être relaxes pour que ça fonctionne. Ils doivent se concentrer sur eux-mêmes plutôt que sur les autres.

L’entraîneur explique que dans le passé, le couple de patineurs regardait les notes et les classements des autres athlètes. « Cette année, lorsque les compétiteurs faisaient de bonnes performances, ils ne voyaient plus ça comme étant quelque chose de négatif. Ils étaient juste motivés pour être encore meilleurs. »

Septième aux Jeux olympiques de Sotchi, le duo était à la recherche d’une motivation supplémentaire en ce début de cycle olympique. La maîtrise du quadruple Salchow était ce dont il avait besoin avance M. Marcotte.

Eric Radford mentionne que le travail de ses entraîneurs va bien au-delà des facettes techniques de son sport.

« Ils ont cru que Meagan et moi pouvions faire quelque chose d’extraordinaire dès la première fois que nous avons patiné ensemble. Ils le savaient, et ce avant même que nous commencions à croire en nous. Leur expertise et leur capacité à nous améliorer s’est faite non seulement en tant que patineur, mais aussi en tant que personne. Cela nous a permis de réaliser notre rêve. »

Entre les prouesses techniques, la force mentale des athlètes et l’expression artistique des patineurs, Sylvie Fullum s’assure que tous ces éléments coulent de source lorsque vient le moment de présenter les programmes court et libre.

« Le rôle de Sylvie est de vérifier que la chorégraphie de Julie Marcotte est bien exécutée. Elle est en quelque sorte la styliste. Elle ne change pas les mouvements, mais s’assure qu’ils sont faits en même temps », explique M. Gauthier à propos de sa collègue avec qui il travaille depuis 30 ans et qui conseille les patineurs à raison de trois séances par semaine.

Bruno Marcotte, qui a déjà été dirigé par Richard Gauthier, croit pour sa part qu’il peut mieux maîtriser la facette psychologique de son métier en tant qu’ancien athlète.

« Ce qu’ils vivent, je l’ai vécu et cela m’aide à comprendre ce qui se passe dans leur tête. J’aime redonner aux athlètes ma passion ce que j’ai appris. Tant mieux s’ils deviennent des champions du monde, mais le but principal demeure de leur transmettre la passion et l’amour de performer au meilleur de leur talent. »

En signe de reconnaissance, une bourse d’études de 200 $ de l’Institut national du sport du Québec est remise aux entraîneurs du mois. Ces fonds peuvent être utilisés lors des activités et programmes donnés par les services de formation de l’INS Québec au cours des 12 prochains mois.


INSQUEBEC.ORG fait peau neuve!

INS_Multi

Après s’être installé dans un nouvel environnement physique au cœur du Parc olympique l’été dernier, l’Institut national du sport du Québec (INS Québec) bénéficiera maintenant d’un nouvel environnement virtuel avec la mise en ligne de son tout nouveau site Web : www.insquebec.org. Grâce à un contenu en constante évolution, une nouvelle plateforme technologique et un design épuré mettant l’accent sur l’expérience de l’utilisateur, ce nouveau site a comme objectif de répondre aux questions des différentes clientèles de l’INS Québec. Conçu pour être vu sur tous les types d’écrans (téléphone intelligent, tablette, ordinateur), le site insquebec.org offrira une navigation simple et intuitive.

« Nous avons une préoccupation constante de toujours mieux répondre aux besoins et aux attentes de notre clientèle principale que sont les athlètes et les entraîneurs et ce nouveau site en est une autre démonstration, souligne Gaëtan Robitaille, vice-président Administration et développement des affaires de l’INS Québec. Nous avons développé le contenu de notre nouveau site Web en nous demandant ce que nos clients cherchent comme information lorsqu’ils entrent sur le site plutôt que de se limiter à ce que nous avions à dire. »

L’INS Québec a profité de l’expertise de l’agence Paradoxe Communications pour le développement de cette nouvelle plateforme de communication ainsi que des conseils et de l’accompagnement de la firme letube.tv. Une deuxième phase suivra plus tard en 2015 et offrira notamment une boite à outils qui fournira des informations et applications pratiques pour les athlètes et entraîneurs de haut niveau. Cette deuxième phase comprendra également la mise en activité d’un module qui permettra d’étendre l’offre de service de l’INS Québec en matière de formation tout en facilitant le processus d’apprentissage pour les entraîneurs et autres intervenants auprès des athlètes.


Prochaines activités

Le Rendez-vous des entraîneurs 2015


29 et 30 mai 2015
INS Québec

Détails de l’activité

Offres d’emplois

Gestionnaire de projet / Communauté PeP (Sherbrooke)
Date limite : 21 avril 2015
Les détails de l’offre

Conseiller en communication / Communauté PeP (Sherbrooke)
Date limite : 21 avril 2015
Les détails de l’offre

Assistant de projets/ Centre de règlement des différends sportifs du Canada (Montréal)
Date limite : 24 avril 2015
Les détails de l’offre

Gestionnaire de la diffusion du LOC/ Coupe du monde féminine de la FIFA, Canada 2015 (Montréal)
Date limite : 24 avril 2015
Les détails de l’offre

Plusieurs postes/ Jeux d’été du Canada 2017 (Winnipeg)
Date limite : 24 avril 2015
Les détails de l’offre

Gestionnaire, Communications / Association canadienne des entraîneurs (Ottawa)
Date limite : 26 avril 2015
Les détails de l’offre

Coordonnateur du programme de longue piste et des communications / Patinage de vitesse Canada (Calgary)
Date limite : 27 avril 2015
Les détails de l’offre

Adjoint des communications / Basketball en fauteuil roulant Canada (Ottawa)
Date limite : 27 avril 2015
Les détails de l’offre

Directeur, Développement des entraîneurs communautaire / Rugby Canada (Langford, Colombie-Britannique)
Date limite : 30 avril 2015
Les détails de l’offre

Entraîneur du programme d’entraînement intensif de paranatation Québec / Natation Canada (Montréal)
Date limite : 30 avril 2015
Les détails de l’offre

Entraîneur adjoint, Équipe nationale junior et cadette / Judo Canada (Montréal)
Date limite : 10 mai 2015
Les détails de l’offre

Membres du conseil d’administration / Volleyball Canada
Date limite : 22 mai 2015
Les détails de l’offre

À surveiller

18-23 Escrime – Championnats panaméricains, Santiago, Chili
À surveiller : Rémi Bédard-Couture, Hugues Boisvert-Simard, Maxime Brinck-Croteau, Frédéric Chevarie, Malinka Hoppe, Étienne Lalonde Turbide, Jean Lelion, Gabriella Page, Vincent Pelletier, Joseph Polossifakis, Anthony Prymack et Maximilien Van Haaster

21-24 Cyclisme sur route – Tour du Trentin (2.HC), plusieurs villes, Italie
À surveiller : Hugo Houle

22 Coupe du monde (femmes, La Flèche Wallonne), Huy, Belgique
À surveiller : Karol-Ann Canuel, Kirsti Lay, Joëlle Numainville et Gabrielle Pilote-Fortin

22-26 Badminton – Tournoi international du Pérou, Lima, Pérou
À surveiller : Phillipe Charron et Maxime Tétreault

22-26 Voile et voile paralympique – Coupe du monde, Hyères, France
À surveiller : Arielle Morgan et Heather Myatt

22-26 Canoë-kayak d’eau vive – Championnats du monde des moins de 23 ans et juniors, Foz do Iguaçu, Brésil
À surveiller : Yannick Laviolette, Maxime Leboeuf, Florence Maheu et Willa Mason

23-26 Tennis en fauteuil roulant – Open de Quito, Quito, Équateur
À surveiller : Philippe Bédard

24-26 Judo – Championnats panaméricains, Edmonton, Alberta
À surveiller : Catherine Beauchemin-Pinard, Antoine Bouchard, Étienne Briand, Jonah Burt, Zachary Burt, Marc Deschênes, Patrick Gagné, Ecaterina Guica, Arthur Margelidon, Ana Laura Portuondo Isasi, Alix Renaud-Roy, Kyle Reyes, Catherine Roberge, Stéfanie Tremblay, Antoine Valois-Fortier et Béatrice Valois-Fortier

24-26 Plongeon – Séries mondiales, Kazan, Russie
À surveiller : Jennifer Abel, Meaghan Benfeito, Maxim Bouchard, Roseline Filion, Philippe Gagné, François Imbeau-Dulac, Vincent Riendeau et Pamela Ware

21-24 Racquetball – Siège de Fort Alamo (tournoi de la LPRT), San Antonio, Texas
À surveiller : Frédériue Lambert

26-3 Hockey sur luge – Championnat du monde, Buffalo, New York
À surveiller : Dominic Laroque

26-3 Tennnis de table – Championnats du monde, Suzhou, Chine
À surveiller : Antoine Bernadet, Alicia Côté et Pierre-Luc Thériault

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires