Le Multisport, édition du 28 juillet 2015

Les Québécois plongent vers l’argent

20150428benfeito1
Meaghan Benfeito

Les plongeurs québécois n’ont pas tardé à se démarquer aux Championnats du monde de la FINA qui se sont amorcés le week-end dernier à Kazan, en Russie.

Meaghan Benfeito et Roseline Filion, à la tour de 10 mètres, de même que Jennifer Abel et Pamela Ware, au tremplin de 3 mètres, sont montées sur la deuxième marche du podium en synchro.

Benfeito a déjà ajouté une deuxième médaille à sa récolte en décrochant l’argent au 10 mètres synchro mixte aux côtés de Vincent Riendeau.

Samedi, en finale du 3 m, Abel et Ware ont récolté 319,47 points et ont fini derrière les Chinoises Tingmao Shi et Minxia Wu qui ont dominé la compétition avec 351,30 points.

« Nous avons été très stables, surtout en finale, a précisé Abel. Il y a eu une grosse différence dans nos deux premiers plongeons. Généralement, Pamela et moi les réussissons moins bien. Cette fois-ci, nous avons été chercher plusieurs points comparativement à d’habitude », a mentionné Abel, qui s’est réjouie de qualifier le pays aux Jeux olympiques de Rio à cette épreuve. « Le but était vraiment d’arriver dans le top-3. Nous pouvons donc dire mission accomplie. »

Filion et Benfeito ont imité leurs coéquipières du FABIV lundi. Seules les Chinoises Ruolin Chen et Huixia Liu ont reçu une meilleure note que les deux Québécoises. En amassant 339,99 points, Benfeito et Filion ont réalisé leur meilleur pointage depuis les Jeux olympiques de Londres.

« Nous avons vraiment fait une excellente performance et je ne pourrais pas être plus heureuse! » a soutenu Filion après l’épreuve.

Plus tôt cette saison, les Québécoises avaient réussi à devancer les Chinoises à quelques occasions en Série mondiale. Filion et Benfeito croyaient alors que cela commencerait à faire douter leurs adversaires. Cela s’est confirmé lundi.

« En conférence de presse, les Chinoises ont mentionné qu’elles avaient eu peur de nous au dernier plongeon. C’est la première fois qu’on les entend dire ça et c’est flatteur. Je confirme qu’elles ont peur de nous ! » a conclu Filion.

La première médaille canadienne des Mondiaux de la FINA a été remportée par la paire formée de Meaghan Benfeito et Vincent Riendeau, samedi matin.

Ce sont encore les Chinois qui ont eu le dessus grâce à une note de 350,88 alors que les Canadiens ont reçu 309,66.

« Nous sommes très contents, même si ce n’était pas notre meilleure performance, a affirmé Benfeito. Nous avons fait une grosse erreur à notre quatrième plongeon, mais de savoir que malgré une erreur comme ça nous sommes capables d’être sur la deuxième marche du podium, c’est quand même incroyable! Nous sommes venus ici avec l’objectif de monter sur le podium. Ça commence très bien les Championnats du monde. »

À leur première participation en duo aux mondiaux, Vincent Riendeau et Philippe Gagné n’ont pas atteint la finale de l’épreuve synchronisée à la tour de 10 m. Leur total de 372,78 points en préliminaires les a classés au 14e rang et ils devaient faire partie des 12 premiers pour avancer au tour suivant.


Les Canadiennes marquent l’histoire

murphylizanne
Lizanne Murphy

Vaincre les championnes du monde en titre dans un match haut en rebondissements et devant des partisans déchaînés, c’était le scénario rêvé pour les basketteuses canadiennes en finale des Jeux panaméricains. Elles ont complètement envouté le centre athlétique Ryerson et ont remporté la première médaille d’or panaméricaine de l’histoire du basketball féminin canadien en vainquant les États-Unis 81-73.

« C’est le meilleur moment de ma carrière, a lancé la Montréalaise Lizanne Murphy. C’est le premier pas de notre été. Nous en avons parlé pendant toute l’année. Je n’arrive pas à décrire le sentiment que je ressens. Nous venons de gagner la médaille d’or devant notre pays. C’est incroyable! Il n’y a pas de meilleur sentiment! » a ajouté celle qui a participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

« J’ai disputé plusieurs Championnats du monde avec l’équipe et j’ai fait les Jeux olympiques, mais rien ne bat ce moment. C’était magique ! »

Avant la rencontre cruciale, les deux troupes avaient été intouchables durant le tournoi.

Le début du deuxième quart a été ardu pour les Canadiennes jusqu’à ce que la Lachinoise Nirra Fields permette à son équipe de prendre les devants 31-30. À la mi-temps, les deux formations étaient nez à nez avec chacune 36 points.

Les deux derniers quarts se sont déroulés avec tout autant de suspense. Les Canadiennes ont réussi à prendre quelques points d’avance, mais n’ont jamais pu être confortablement installées. Les États-Unis ont été menaçants jusqu’aux toutes dernières secondes de la rencontre.

« Nous avions un plan de match en défensive, mais au début de la rencontre, nous ne le respections pas. C’est pourquoi c’était difficile. À la demie, l’entraîneur nous a dit : voyons les filles, le plan de match. Il faut le suivre. Si nous le suivons, nous allons gagner ! Quand nous sommes ressorties du vestiaire, nous étions un peu plus serrées défensivement et un peu plus patientes du côté offensif et ça a fonctionné », a expliqué Murphy.

La dernière médaille du Canada au tournoi féminin des Jeux panaméricains remontait à 1999, lorsque l’unifolié avait pris place sur la deuxième marche du podium à Winnipeg.


Caroline Veyre grande championne

veyrecaroline
Caroline Veyre

La boxeuse Caroline Veyre est montée sur la plus haute marche du podium des Jeux panaméricains samedi. Dans la catégorie des moins de 60 kg, la Montréalaise l’a emporté par décision partagée 2-0 contre l’Argentine Dayana Sanchez, deux arbitres la jugeant gagnante par 40-36, alors qu’un autre ne faisant pas de maîtres à 38-38.

« C’est la première fois que je gagne un aussi gros tournoi. Ça va de mieux en mieux. Ça ne fait pas si longtemps que je suis sur la scène internationale, a précisé la pugiliste québécoise. Je suis vraiment contente que ça se passe comme ça, une année avant les Jeux olympiques. C’est parfait, c’est une expérience superbe pour ce qui m’attend en 2016. »

Veyre connaissait par ailleurs bien sa rivale, l’ayant affrontée le mois dernier aux Qualifications pour les Jeux panaméricains au Mexique. Elle l’avait emporté 2-1 en demi-finale.

« Je peux vous dire qu’aujourd’hui (samedi), elle voulait toutefois vraiment plus que la dernière fois. Elle a vraiment bien boxé. Elle était intelligente, elle savait quoi faire pour gagner contre moi, mais je suis restée concentrée. J’anticipais très bien. Je n’ai pas paniqué. Elle me faisait reculer dans les câbles. C’est comme ça qu’elle a pris l’avantage au départ, mais j’ai réussi à faire ce qu’il fallait pour gagner.

La route d’Ariane Fortin s’est quant à elle arrêtée en demi-finales, elle qui a été éliminée 2-0 (38-38, 39-37 et 39-37) par la Dominicaine Yenebier Guillen Benitez chez les moins de 75 kg. Elle a quitté Toronto le bronze au cou.

« Je suis très contente de ma performance. C’est une décision partagée. Je dois lui donner le crédit. Lorsque c’est partagé comme ça, ça veut dire que j’ai laissé ça dans les mains des juges », a mentionné la Lévisienne en entrevue à Radio-Canada.

Chez les hommes, Simon Kean (-91 kg) et Clovis Drolet (-75 kg) se sont tous deux inclinés en quart de finale.

 


Hugo Houle roule vers l’or

AG2R La Mondialeofficial 2013 team studio portraits
Hugo Houle

Victorieux du contre-la-montre des Jeux panaméricains mercredi, le cycliste québécois Hugo Houle ne réalisait pas trop encore qu’il avait la médaille d’or accrochée au cou.

« Je savais que j’étais capable de faire une grande performance, même si je ne connais pas beaucoup les coureurs sud-américains », a expliqué celui qui côtoie principalement les pelotons européens ces dernières années, aux côtés de ses coéquipiers d’Ag2r La Mondiale.

Faisant partie des favoris, l’athlète de Sainte-Perpétue n’a pas déçu en dominant complètement la course, non sans tout laisser sur la route. Houle a parcouru les 37 kilomètres en 45 min 13,48 s, pour devancer par 1 minute 17,87 secondes le médaillé d’argent, le Mexicain Ignacio Prado. Le Canadien Sean MacKinnon (+1 minute 37,98 secondes) est monté sur la troisième marche du podium.

« Gagner par plus d’une minute montre à quel point j’étais au-dessus du lot, s’est-il réjoui. La pression était sur moi alors je suis content d’avoir livré la marchandise et je crois que j’en ai donné plus que le client en demandait. »

Samedi, quatre coureurs, dont le Longueuillois Guillaume Boivin, se sont disputé la victoire à la course sur route présentée dans les rues de Toronto en fin d’après-midi. L’épreuve de 165 kilomètres a finalement été remportée par le Vénézuélien Miguel Ubeto Aponte. Il a croisé la ligne d’arrivée tout juste devant l’Américain Eric Marcotte et Boivin qui a remporté la médaille de bronze.

Hugo Houle a quant à lui franchi la ligne d’arrivée 10 secondes plus tard pour terminer au 18e rang. Également en action,Rémi Pelletier-Roy, de Longueuil, n’a pas terminé la course.

Chez les femmes, la Montréalaise Kirsti Lay a conclu au 29e échelon après avoir aidé ses compatriotes Jasmin Glaesser et Allison Beveridge à monter sur le podium de la course de 82,5 kilomètres.

 


Alex Genest médaillé d’argent dans un doublé canadien

genestalex
Alex Genest

Alex Genest est monté sur la deuxième marche du podium de l’épreuve du 3000 m steeple, mardi dernier, aux Jeux panaméricains de Toronto. L’athlète de 29 ans a enregistré un chrono de 8 min 33,83 s, devançant l’Américain Cory Leslie (8 min 36,83 s) vers la fin du dernier tour. Son compatriote canadien Matt Hughes a triomphé en 8 min 32,18 s.

Porté par la foule, le Québécois a connu toute une fin de course, devançant Leslie lors de son dernier passage au-dessus de la rivière. «J’ai utilisé toute l’énergie des partisans. Je voyais que Leslie tanguait de chaque côté et je me disais : Bon, ça y est. Je pense que ça s’en vient. Je dois juste être patient. Et puis, il a eu un mauvais passage à la rivière et moi j’ai eu un très bon passage et je me suis dit que c’était fait. Après, j’ai juste laissé la foule m’emporter jusqu’à la ligne d’arrivée et j’étais vraiment, vraiment content », a raconté l’athlète de Lac-aux-Sables.

Autre tête d’affiche québécoise présente au stade d’athlétisme de l’Université York, Charles Philibert-Thiboutot a fini troisième au 1500 mètres vendredi dernier, sept jours exactement après avoir couru son standard olympique et pulvérisé son record personnel à la prestigieuse Rencontre Herculis de Monaco.

L’Américain Andrew Wheating a résisté aux assauts du Québécois et de l’Ontarien Nathan Brannen dans les derniers instants de la course pour l’emporter en un temps de 3 min 41,41 s. Brannen a fini deuxième en 3 min 41,66 s et Philibert-Thiboutot troisième en 3 min 41,79 s.

« Je n’ai peut-être pas eu la médaille d’or, mais d’être arrivé troisième et d’être deux Canadiens sur le podium, je trouve que c’est magique, a-t-il affirmé. Quand j’ai fait une accélération à 200 mètres de la fin, la foule, je l’ai entendue et nous pouvions la sentir derrière nous. Je pense que nous avons satisfait tout le monde en étant deux sur le podium. »

Les Québécoises Kimberly Hyacinthe et Audrey Jean-Baptiste sont aussi montées sur le podium aux relais. La première a raflé le bronze au 4×100 m alors que la seconde a eu la même distinction au 4×400 m.

Hyacinthe avait également pris part à la finale du 200 m où elle a fini sixième. Jean-Baptiste s’était quant à elle arrêtée en demi-finale du 400 m pour conclure au 11e échelon.

Mélanie Blouin s’est classée 7e au saut à la perche, Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas a obtenu le 9e rang au lancer du disque, Julie Labonté a pris la 11e place au lancer du poids et Steven Dorcelus a atterri au 15e échelon au saut en longueur.

Jessica Zelinka a pour sa part été contrainte à l’abandon après avoir complété quatre épreuves de l’heptathlon. Blessée à un tendon d’Achille, elle doit mettre un terme à sa saison.


L’argent à Potvin, le bronze à Bergeron

potvinmaxime_action
Maxime Potvin

Deux Québécois sont montés sur le podium en taekwondo aux Jeux panaméricains. Maxime Potvin s’est retrouvé sur la deuxième marche après s’être incliné en finale et Marc-André Bergeron sur la troisième quand il a gagné un duel pour une médaille de bronze.

Le 20 juillet dernier, Potvin s’est battu jusqu’à la toute fin, mais a finalement perdu en prolongation dans la catégorie des moins de 68 kg. Opposé au Mexicain Saul Gutierrez, 41e au classement mondial, le Québécois, 23e, savait qu’il ne devait pas prendre son adversaire à la légère.

À égalité à 3-3 après les trois rondes règlementaires, il a vu le Mexicain se faufiler avec la victoire en réussissant une touche à la tête en début de prolongation. « Je me suis un peu trop penché et j’étais rendu à la hauteur de son corps après mon entrée. C’est comme ça qu’il a réussi à me marquer », a expliqué l’athlète de Québec, qui savait qu’il devait être attentif au style de combat de son opposant.

« Il fallait faire attention à ses coups au visage, car je savais qu’il était habile. Il fallait tout le temps être à l’affut. Au début du combat, je l’ai donc gardé à distance pour ne pas trop être à sa portée. »

Après une première ronde sans point marqué, Potvin s’est retrouvé en retard de 1 point à la fin de la deuxième période, menée 2-1 par Gutierrez. « C’était un adversaire qui frappait beaucoup alors ma vitesse et ma force ont baissé un petit peu. »

Le Québécois est parvenu à créer l’égalité en troisième ronde et les deux adversaires ont ensuite chacun marqué un point avant que ne s’écoulent les dernières secondes pour laisser place à la prolongation.

Le bronze en cadeau d’anniversaire

Défait à son premier combat de la journée, Marc-André Bergeron a eu une deuxième chance mercredi, lorsque son adversaire des quarts de finale a accédé au combat pour la médaille d’or des plus de 80 kg. Au repêchage, il s’est offert une médaille de bronze comme cadeau pour ses 24 ans.

« J’ai saisi ma chance. Celle-là, je voulais la ramener, a affirmé Bergeron. C’est un très beau cadeau de fête, surtout devant toute la foule venue m’encourager. »

Dans son combat pour le bronze contre le Mexicain Misael Lopez, il a pris les devants en deuxième ronde, où il marqué 5 points. En avance 7-3 en ronde ultime, il a vu fondre son avantage dans la dernière minute du duel quand son adversaire a réussi une séquence qui lui a valu 4 points.

Avec moins de 40 secondes à faire au combat, le Québécois a redoublé d’intensité pour s’assurer de conserver sa médaille. « Le plan était de mettre la jambe gauche à l’avant et de garder ma distance, car c’est un adversaire assez souple. Ç’a marché et j’ai été assez solide pour garder mon avance. »

Nathalie Iliesco, chez les plus de 67 kg, et Christopher Iliesco, du côté des moins de 80 kg, ont pour leur part obtenu des cinquièmes places après s’être inclinés dans leur affrontement pour une médaille de bronze.


Deux fois l’argent pour Joseph Polossifakis

polossifakisjoseph
Joseph Polossifakis

L’invraisemblable retour sur la scène internationale du sabreur Joseph Polossifakis s’est poursuivi au complexe sportif panaméricain de Scarborough, quand l’escrimeur est monté sur la deuxième marche du podium aux Jeux panaméricains.

L’Américain Eli Dershwitz, 17e sur l’échiquier international et champion mondial junior, s’est dressé sur son chemin en finale. Au coude à coude avec son rival en première partie de combat, Polossifakis a perdu sa concentration au retour, notamment après un échange contesté à 8-10.

« Je voyais qu’un arbitre n’était pas d’accord avec ce que le premier arbitre disait, mais l’autre ne voulait pas changer sa décision. C’est arrivé deux fois. Ça m’a un peu frustré, mais ce n’est pas une excuse. J’ai perdu un peu la balle. J’étais fatigué et je n’ai pas réussi à m’adapter tactiquement. Je m’engageais trop vite. Vers la fin, j’ai fait une mauvaise gestion de match », a concédé celui qui a été battu 15-9.

En demi-finale, le Québécois a retrouvé Renzo Agresta, 18e au monde. Après avoir comblé un recul de 1-4, il est allé à la pause en avance 8-7. Il n’a plus jamais regardé derrière et s’est imposé 15-13.

Chez les femmes, Gabriella Page a pour sa part mis la main sur une des deux médailles de bronze à l’enjeu. Même si elle s’est inclinée en demi-finale, son revers avait bon goût en regard à l’opposition à laquelle elle faisait face. La Blainvilloise, 56e au classement international, croisait le fer avec l’Américaine Dagmara Wozniak, 7e mondiale, qui a eu le dernier mot par la marque serrée de 15-13.

« Elle est vraiment forte et je suis fière de la façon dont j’ai tiré contre elle. Je suis contente de la pression que j’ai mise sur elle. Maintenant, j’espère qu’elle sait que je ne serai plus facilement battable. »

À l’épée, Hugues Boisvert-Simard a imité sa compatriote en montant sur la troisième marche du podium. En demi-finale, l’athlète de Québec a été freiné par l’Argentin Jose Dominguez, 178e au classement de la Fédération internationale, qu’il avait pourtant battu 5-1 dans son match de poule.

« Je suis très déçu. Il m’a déjà battu par le passé, mais moi plus souvent que lui », a-t-il raconté.

Également en action, Maxime Brinck-Croteau a terminé 14e et Malinka Hoppe 16e.

Du côté des fleurettistes, Maximilien Van Haaster et Anthony Prymack ont respectivement terminé 5e et 10e.

Aux épreuves par équipe, les sabreurs ont remporté l’argent et  les sabreuses le bronze. À l’épée les équipes canadiennes féminine et masculine ont toutes deux pris la cinquième place. La formation masculine de fleuret s’est aussi classée cinquième.


La recrue argentée

boisvenuecamelie1
Camélie Boisvenue

Elle n’a que 18 ans, mais elle a déjà démontré qu’elle savait rivaliser avec l’élite panaméricaine. Médaillée d’argent aux Championnats continentaux en mars dernier, la karatéka Camélie Boisvenue a répété l’exploit samedi soir, aux Jeux panaméricains de Toronto. Patrice Boily-Martineau a également créé la surprise en décrochant l’argent chez les moins de 75 kg.

En action dans la catégorie des plus de 68 kg, Boisvenue s’est avouée vaincue par l’Équatorienne Valeria Echever, qui l’a emporté 3-2. La Gatinoise a marqué les deux premiers points du duel avant de voir son adversaire réussir une séquence qui lui a valu trois points en toute fin de combat.

« C’est ce coup de pied qui a tout changé. J’ai essayé de récupérer dans les secondes restantes. Je voulais tellement, j’ai tout donné », a mentionné Boisvenue.

« Je l’ai vraiment dominée. J’ai vraiment senti que ça passait proche », a ajouté celle qui avait des sentiments partagés après la finale. « C’est décevant comme revirement de situation et sur le coup il y a un trop-plein d’émotions. Je suis quand même vraiment fière de ce que j’ai accompli ici. Une médaille aux Jeux panaméricains à ma première année chez les seniors, c’est la meilleure expérience que je pouvais avoir. »

Médaille inattendue

Remplaçant au pied levé son coéquipier canadien Daniel Gayinsky, blessé, Patrice Boily-Martineau n’a pas joué au touriste à Toronto. L’athlète de Sainte-Julie a atteint les demi-finales des moins de 75 kg vendredi.

Le Québécois  s’est incliné 5-0 face à l’Américain Thomas Scott pour être relégué à la troisième marche du podium. « J’avais un plan de match, mais j’ai fait une petite erreur qui m’a coûté la victoire », a expliqué Boily-Martineau.

Toujours vendredi, Kamille Desjardins a quant à elle été éliminée après les rondes préliminaires de la catégorie réunissant les moins de 61 kg. Elle a terminé 6e après avoir signé une fiche d’une victoire et deux défaites.


Les Canadiennes décorées d’argent

Stephanie Savoie
Stéphanie Savoie

Les baseballeuses canadiennes ont été leurs principales adversaires dimanche en finale des Jeux panaméricains à Ajax, un match où elles ont vu les Américaines profiter de toutes les occasions qu’elles leur ont offertes et se couvrir d’or grâce à une victoire de 11-3.

Les représentantes de l’unifolié, quatrièmes sur l’échiquier international, ont commis deux erreurs, dont une en première manche qui a permis à leurs rivales de faire 4-0, en plus de laisser 13 coureuses sur les buts.

« C’est un point tournant, a concédé Stéphanie Savoie au sujet des joueuses laissées sur les sentiers. Ç’a été comme ça depuis le début de la semaine. Ça aurait dû être un match différent. Nous n’avons pas été opportunistes. C’est plate. »

Les lanceuses du pays ont accordé 12 coups sûrs et 5 buts sur balles en six manches. La partante, Vanessa Riopel, de Repentigny, a notamment quitté après avoir obtenu un seul retrait en première.

Jessica Bérubé, de Québec, est par ailleurs entrée dans le match en cinquième, le temps de retirer deux adversaires, dont une au bâton, un des deux seuls retraits sur des prises réussis par les artilleuses canadiennes.

En perdant contre les Canadiennes dans la rencontre qui mettait en vedette les deuxième et troisième meilleures équipes du tournoi à la ronde samedi, les Vénézuéliennes sont montées sur la troisième marche du podium.


Dorothy Yeats sur la troisième marche

yeatsdori
Dorothy Yeats

Après sa conquête de l’or aux Jeux panaméricains la semaine dernière à Toronto, Dorothy Yeats ne s’est pas éternisée au pays. La lutteuse montréalaise avait pris la direction de Varsovie afin de prendre part à l’Open de Pologne où elle est montée sur la troisième marche du podium, samedi.

« Je suis contente de retourner chez moi avec une médaille, mais je crois que j’étais assez bonne pour gagner le tournoi », a mentionné la Québécoise qui était en action chez les moins de 69 kg.

Douzième au monde, Yeats a amorcé la compétition en force, éliminant tour à tour l’Ukrainienne Liudmyla Tychyna et la Hongroise Vanessa Wilson.

En demi-finale, la lutteuse s’est frottée à la 10e lutteuse au classement mondial, Nasanburmaa Ochirbat, de la Mongolie. Bien que le combat se soit terminé par la marque de 8-8, Ochirbat, triple médaillée des mondiaux, a été celle qui a créé l’égalité, ce qui lui a permis d’avancer en finale.

« J’ai mené tout le long du combat, mais elle m’a rattrapée à la fin », a-t-elle expliqué.

De retour sur le tapis pour le combat de la médaille de bronze, Yeats a confirmé sa place sur le podium en l’emportant sur la Lituanienne Danute Domikaityte.

« Elle n’avait pas un style très offensif, mais elle était vraiment active avec ses mains, a raconté celle qui s’est fait surprendre par une contre-attaque. « J’ai réalisé qu’il fallait que je reste prudente, car elle pouvait être dangereuse », a ajouté Yeats qui s’est imposée 8-4.


Trois en trois pour les judokas canadiens à Taipei

tremblaystefanie
Stéfanie Tremblay

Le long voyage vers Taïwan aura été des plus fructueux pour les judokas canadiens Stéfanie Tremblay, Sergio Pessoa et David Ancor. La première a mis la main sur une médaille d’oret ses deux compatriotes sont montés sur la deuxième marche du podium à l’Open asiatique présenté à Taipei.

Exemptée de la première ronde chez les moins de 63 kg, Tremblay a gagné trois duels. La 58e mondiale de la catégorie a défait par ippon la Vietnamienne Huong Nguyen Thi ainsi que la Slovène Nina Milosevic, classée 46e. En finale, l’athlète originaire de Saguenay est venue à bout de la Sud-Coréenne Jiyun Bak, 37e au monde, grâce à un yuko.

À sa deuxième sortie depuis son retour, Sergio Pessoa a été expéditif en obtenant ippon à ses trois gains. Classé 96e des moins de 60 kg malgré son absence de près de deux ans, le Brossardois s’est débarrassé du Sud-Coréen Sangeok Ju, du Taïwanais Jui Hua Chiu et du Sud-Coréen Jaehyeon Kim. Seul le Slovène Matjaz Trbovc, 54e au monde, l’a vaincu grâce à un yuko en prolongation lors de la finale.

David Ancor a également remporté trois combats du côté des moins de 73 kg. Dispensé du premier tour, le Montréalais, 81e au classement, est venu à bout par yuko du Thaïlandais Masayuki Terada et de l’Italien Marco Maddaloni, 51e mondial, les deux en ayant écopé de trois pénalités. Il a par la suite vaincu le Sud-Coréen Young Sun Lee, 82e, en prolongation à nouveau par yuko, avant de se faire marquer ippon en finale par le Britannique Daniel Williams, 69e.

« Ç’a été une très bonne journée. Nous avions l’objectif que tous les judokas soient en finale et nous l’avons atteint, a précisé l’entraîneur national Sasha Mehmedovic. Malheureusement, nous avons obtenu seulement une médaille d’or, mais Sergio et David sont passés très près. Je suis satisfait de la performance de l’équipe. Chaque athlète s’est battu avec ardeur. »


Une victoire pas complètement satisfaisante

canuelkarolann
Karol-Ann Canuel

Une victoire à la septième et dernière étape n’a pas complètement rassasié Karol-Ann Canuel (Veloco-SRAM) en conclusion du Tour cycliste de Thuringe (Allemagne). Première sur la ligne d’arrivée de l’étape de 97 kilomètres jeudi, départ et arrivée à Greiz, Canuel avait des sentiments partagés en fin de journée.

« C’est très frustrant! Nous voulions vraiment garder le maillot jaune avec nous », a expliqué celle dont la formation avait des visées sur la victoire au classement général final. Canuel termine deuxième à 10 secondes de la Suédoise Emma Johansson (Orica-AIS).

Avec une étape à faire, la coéquipière de Canuel, Lisa Brennauer, était détentrice du maillot de meneuse avec une avance de 20 secondes sur l’Américaine Lauren Stephens (Tibco-SVB). Johansson était alors quatrième, accusant un retard de 30 secondes.

L’étape de jeudi est toutefois venue chambouler la hiérarchie au sommet du classement. Johansson est partie en échappée dès le début de l’épreuve et Canuel a été envoyée pour la contrer. Brennauer a terminé huitième, à 1 min 26 s, tout juste derrière Joëlle Numainville (Bigla), de Laval, qui prend le sixième rang au classement général, à 2 minutes 42 s de la tête.

Est-ce cette victoire d’étape est suffisante pour mettre un baume sur la déception de l’Amossoise d’échapper la victoire au général par si peu?

« Peut-être demain, mais pas aujourd’hui », a conclu Canuel.


Les Canadiens se relèvent et montent sur le podium

hoagnicholas
Nicholas Hoag

« Si nous avions quitté Toronto avec une quatrième place, ç’aurait été une déception profonde ! » s’est exclamé l’entraîneur Glenn Hoag après la victoire de son équipe en finale pour la médaille de bronze, dimanche, aux Jeux panaméricains.

Le Canada visait la médaille d’or, mais il s’est frappé à l’Argentine en demi-finale et s’est retrouvé à disputer le duel pour la troisième place contre la formation portoricaine. Une victoire de 25-11, 25-12, 23-25 et 25-18 a sauvé la semaine des joueurs canadiens à Toronto.

« Perdre en demi-finale samedi était tellement une grande déception. Nous avions dans la tête d’aller chercher la médaille d’or et nous avons joué pour ça, mais nous n’avons pas réussi à finir le match comme il le fallait contre l’Argentine », a indiqué Glenn Hoag qui a dû travailler fort pour remotiver ses troupes avant la rencontre de dimanche.

Cette préparation mentale a fonctionné, menant les joueurs à la victoire. « C’est sûr que rebondir était un de nos objectifs, a confirmé l’un des joueurs vedette du clan canadien, Nicholas Hoag, fils de Glenn. C’était très, très dur après notre défaite. La médaille que nous venons de gagner est très importante pour le programme. Elle était difficile à aller chercher, surtout mentalement, mais nous sommes contents de terminer le tournoi sur le podium. »

Chez les femmes, la délégation nationale n’a finalement savouré la victoire qu’une fois en quatre rencontres et a été battue 22-25, 26-24, 17-25, 25-21 et 15-13 par la délégation péruvienne dans le duel pour la septième place.

La libéro Janie Guimond, de Bécancour, et ses coéquipières ont offert un premier gain à leurs rivales dans la compétition. Ces dernières n’avaient enlevé qu’une manche en trois sorties dans les préliminaires.


Récolte de bronze

gagnonvincent
Vincent Gagnon

Le joueur de racquetball Vincent Gagnon a rapporté deux médailles de bronze des Jeux panaméricains à la maison.

L’athlète longueuillois est d’abord monté sur la troisième marche du podium en double masculin. La paire formée du Québécois et de Tim Landeryou s’est inclinée 15-11 et 15-9 en demi-finale face aux Boliviens Roland Keller et Conrrado Moscoso.

En avance 9-1 dans la première partie, les deux Canadiens ont vu le pointage se rétrécir. « Quand ils ont repris le service, ils ont commencé à avoir des meilleurs services que les premiers qu’ils ont eus. Ça nous a mis plus de pression. Leur niveau de jeu a monté d’un cran. Ils ont fait beaucoup de coups gagnants et nous n’avons pas été capables de suivre la cadence », a résumé Gagnon.

Les Canadiens ont aussi détenu quelques avances de deux points en deuxième manche, mais ont cédé les rênes à 8-9.

Gagnon a également contribué au bronze remporté à l’épreuve par équipe alors qu’il était de la formation pour les matchs de double. La route des Canadiens s’est à nouveau arrêtée en quart de finale vis-à-vis des Américains qui l’ont emporté 2-1.

Vive déception pour Lambert

L’équipe canadienne féminine composée de la Montréalaise Frédérique Lambert et de la Winnipegoise Jennifer Saunders a aussi fini sur la troisième marche du podium. Les deux joueuses ont aussi baissé pavillon en demi-finale en deux matchs face aux Américaines.

« Une médaille c’est mieux que rien, mais ce n’est pas la médaille que je voulais », a confié la quatrième joueuse du circuit professionnel.

La Québécoise a mal digéré son élimination hâtive en quart de finale de simple contre l’Américaine Rhonda Rajsich, troisième sur l’échiquier international, en trois parties de 15-9, 9-15 et 11-7.

« C’est plaisant d’avoir gagné la deuxième manche, mais de la façon dont j’ai jouée, ce n’est rien comparé à mon niveau de jeu habituel. Je savais que dans le bris d’égalité, si je voulais gagner, il fallait que je sois meilleure que ça. »

La Québécoise sera de retour à l’action à la fin du mois d’août pour le début du circuit professionnel féminin.


Les équipes canadiennes en bronze

theriaultpierreluc
Pierre-Luc Thériault

Les formations canadiennes féminine et masculine de tennis de table ont toutes deux ravi la médaille de bronze au terme du tournoi par équipe des Jeux panaméricains de Toronto.

Chez les femmes, Alicia Côté et ses coéquipières ont été battues 3-0 face aux Américaines en demi-finale.

Dans le premier duel, la Britanno-Colombienne Mo Zhang a été vaincue 11-9, 11-4, et 11-3 par Jiaqi Zheng. L’Ontarienne Anqi Luo a offert une meilleure opposition à Lily Zhang, meilleure Nord-Américaine sur la scène mondiale au 94e échelon, au début du deuxième match, mais elle a finalement été défaite 14-12, 11-7 et 11-8. Côté et Zhang ont par la suite jumelé leurs efforts dans le troisième affrontement. Malgré quelques bons moments, elles ont été battues 11-9, 11-3, et 11-8.

« Notre but était de gagner une médaille. Nous l’avons réalisé, alors nous sommes vraiment contentes, même si nous aurions aimé nous rendre en finale », a précisé Côté, 15 ans, deuxième plus jeune pongiste en action chez les femmes aux Jeux panaméricains.

Du côté masculin, Marko Medjugorac, Pierre-Luc Thériault et Eugene Wang ont eux aussi été stoppés en demi-finale, mais par les Brésiliens.

« Quand nous allons avoir eu le temps de digérer (le revers), nous serons contents d’avoir une médaille », a mentionné Thériault.

Le premier affrontement entre Wang, d’Ottawa, 58e sur l’échiquier international, et Hugo Calderano, 76e, s’est rendu à la limite, mais c’est le Brésilien qui a triomphé 7-11, 11-4, 11-9, 8-11 et 11-5.

Thériault, classé 318e, a gagné 11-5 d’entrée de jeu contre Gustavo Tsuboi dans le deuxième duel, mais son rival est revenu en force pour enlever les trois manches suivantes 11-6, 11-6 et 11-5.

« Tsuboi c’est quand même un bon joueur, il est 55e au monde. Je savais que ça allait être dur. Je suis juste un peu déçu parce que j’avais vraiment de la difficulté en service-remise et que je n’ai pas réussi à m’adapter », a précisé l’athlète de Saint-Fabien, dans le Bas-Saint-Laurent.

En double, Thériault et Medjugorac, de Sherbrooke, ont retrouvé Tsuboi et Thiago Monteiro. Ces derniers ont été rapides sur la gâchette, les liquidant 11-6, 11-7 et 11-7.

Également en action au tournoi individuel de simple, Pierre-Luc Thériault a été défait en quart de finale, à nouveau par Tsuboi et a dû se contenter du cinquième rang.

Marko Medjugorac et Alicia Côté ont tous deux été éliminés en ronde préliminaire et tous les deux terminé au 17e échelon.


Brèves des Jeux panaméricains

carlegabrielle
Gabrielle Carle

Soccer

En terminant quatrièmes, les jeunes recrues canadiennes ont impressionné dans le tournoi féminin de soccer des Jeux panaméricains. Dans leur match pour l’obtention de la médaille de bronze, Gabrielle Carle, Marie Levasseur et leurs coéquipières se sont inclinées 2-1 face au Mexique.

Les joueuses de l’unifolié s’étaient qualifiées pour la ronde éliminatoire en signant une fiche d’une victoire et deux défaites en ronde préliminaire. Elles avaient ensuite été battues 1-0 par la Colombie en demi-finale, ce qui les a reléguées à la petite finale.

Chez les hommes, le onze canadien a été éliminé dès les préliminaires où il a subi trois défaites. Les Québécois Louis Béland-Goyette, Maxime Crépeau et Jérémy Gagnon-Laparé faisaient partie de l’équipe.

Handball

Tant l’équipe masculine que féminine ont conclu au septième échelon du tournoi panaméricain de handball.

Myriam Laplante, Kim Barette St-Martin, Nassima Benhacine, Amanda Desnoyers, Audrey Marcoux, Catherine Poirier, Émily Routhier, Christina Arès-St-Onge et Vassilia Gagnon portaient t les couleurs de la délégation nationale féminine.

Jonathan Leduc, Alexandre Touzel, Geoffrey Bessette-Colette, Olivier Jung, Alexis Bertrand, Maxime Godin et Philippe Thibeault ont joué pour le Canada.


Les Canadiennes sixièmes

simoneaujacqueline
Jacqueline Simoneau

Que ce soit en solo, en duo  ou en équipe, l’équipe canadienne de nage synchronisée s’est classée sixième dans les épreuves techniques, aux Championnats du monde de la FINA.

Lundi, les Québécoises Gabriella Brisson, Annabelle Frappier, Claudia Holzner, Marie-Lou Morin, Jacqueline Simoneau, Karine Thomas, ainsi que leurs coéquipières Samantha Nealon et Lisa Sanders, ont obtenu 88,8885 points de la part des juges pour terminer à 3,5248 points du podium.

Les Russes ont dominé la compétition en amassant 95,7457 points pour devancer la Chine (94,4605 points) et le Japon (92,4133 points).

En finale du duo, dimanche, Jacqueline Simoneau et Karine Thomas ont reçu une note de 89,4176 pour leur routine, améliorant leur pointage des préliminaires du matin (87,6537).

Simoneau était également la représentante canadienne en solo samedi. Les juges lui ont accordé 89,0237 points, bon pour la sixième place.


Tout près du podium

dispaltromarco
Marco Dispaltro

Les Québécois ont été exclus des médailles au tournoi individuel des BC4 en conclusion de l’Open mondial de boccia, jeudi, à Séoul. Finaliste pour la médaille de bronze, Marco Dispaltro n’a jamais été dans le coup et il s’est incliné 7-0 dans le match qui l’opposait au Coréen Hyeonseok Seo.

Dispaltro a terminé quatrième, Alison Levine cinquième et Iulian Ciobanu huitième.

« J’ai fait une mauvaise première balle en manche initiale et il a profité de cette ouverture pour marquer 3 points. Faire du boccia de rattrapage à ce niveau, ça ne pardonne pas. J’ai dû tenter des lancers difficiles pour réduire l’écart, sauf que le Coréen avait réponse à tout. Je n’ai pas pu remonter la pente et c’est une cuisante défaite. »

Plus tôt, en ronde des quarts de finale, Dispaltro avait affronté son compatriote Iulian Ciobanu qu’il avait défait par la marque de 7-2.

Avant de retrouver Dispaltro, Ciobanu avait vaincu Kwan Hang Wong (Hong Kong) 7-3.

Pour sa part, Alison Levine a été défaite 4-2 contre le Coréen Hyeonseok Seo.

« C’était ma deuxième compétition internationale et je suis maintenant dans le premier quart du classement d’un tournoi disputé en Asie, alors c’est plutôt impressionnant. Notre objectif ici était d’acquérir de l’expérience contre ces équipes et c’est mission accomplie! Nous savons maintenant ce que nous devrons améliorer. »

Les athlètes reviendront au pays où Levine et Dispaltro représenteront le Canada aux Jeux parapanaméricains de Toronto.

« Nous étions ici pour apprendre et nous retournons à la maison avec plein d’idées et de stratégies pour rattraper les Asiatiques d’ici les Jeux paralympiques l’an prochain. Ce sont eux qui dominent notre sport », a conclu Dispaltro.


Jade Dusablon ouvre le bal

dusablonjade
Jade Dusablon

Au premier jour des Championnats du monde de la FINA, la nageuse en eau libre Jade Dusablon a pris le 22e rang de la course de 5 kilomètres disputée dans les eaux de la rivière Kazanka, aux abords de Kazan, en Russie.

L’athlète de Québec a inscrit un chrono de 1 h 0 min 52, 7 s pour terminer à 2 minutes 4,3 secondes de la gagnante, l’Américaine Haley Anderson, couronnée en 58 min 48,4 s.

« C’était une course très agressive », a mentionné Dusablon, qui a terminé la course avec une coupure sous l’œil gauche en raison d’un coup de pied reçu dans le peloton.

Mardi, au 10 km, Dusablon a terminé en 34e place.


Andréanne Langlois huitième au Portugal

langloisandreanne
Andréanne Langlois

La kayakiste Andréanne Langlois a pris le huitième rang dimanche, en finale A du K1 200 m des Championnats du monde des moins de 23 ans disputés à Montemor-O-Velho, au Portugal. L’athlète de Lac-Beauport a parcouru la distance en 42,132 s pour terminer à 1,924 seconde de la médaillée d’or, la Russe Natalia Podolskaya, victorieuse en 40,208 s. L’Espagnole Sara Ouzande et la Portugaise Francisca Laia ont toutes deux affiché un chrono identique de 40,648 s pour se partager la deuxième marche du podium.

« Ce n’était pas le résultat que je voulais, mais je suis tout de même satisfaite, a mentionné Langlois sur sa page Facebook. Ce n’était pas le meilleur week-end de ma vie, mais c’est loin d’être le pire. J’ai donné mon cœur sur la ligne, mais mes courses auraient pu être meilleures, a-t-elle poursuivi. Je sais maintenant sur quoi travailler pour en sortir plus forte. »

Également en action, Madison MacKenzie, de Chelsea, a fini cinquième de la finale A du K4 500 m aux côtés d’Alanna Bray-Lougheed, Alexa Irvin et Courtney Stott.

Chez les hommes, Maxim Poulin, de Lac-Beauport, s’était classé en finale B du C1 200 m après avoir été le quatrième canoéiste à croiser la ligne de sa demi-finale. Il a fini 5e de son ultime course pour conclure au 14e échelon.

Charles Girouard et son coéquipier de K2 Liam O’Brien ont eux aussi fini 14es après leur 5e place en finale B.

Chez les juniors, les kayakistes trifluviens Vincent Jourdenais, Victor Desaulniers, ainsi que leurs coéquipiers Nicholas Matveev et Jacob Steele, ont remporté la finale B au 1000 mètres dimanche et ont conclu au dixième rang.

Aussi sur la ligne de départ au K2 200 m,  Jourdenais et Matveev ont été éliminés en demi-finale alors qu’ils ont pris le septième rang de la course.


Une victoire pour commencer

alogbokrystina
Krystina Alogbo

Les poloïstes canadiennes ont amorcé les Championnats du monde de la FINA sur une bonne note, dimanche, à Kazan. Opposées aux Néo-Zélandaises à leur premier match de la ronde préliminaire, les représentantes de l’unifolié se sont imposées par la marque de 15-6.

« La rencontre s’est bien déroulée du début à la fin. Nous avons bien joué ensemble et bien exécuté notre plan de match. Nous avons quelques détails de finition à améliorer lors des avantages et nous devrons nous adapter en désavantages numériques pour les prochains matchs. Nous sommes très motivées pour la suite ! », a indiqué Krystina Alogbo.

Shae Fournier, de Westmount, et Monika Eggens, de Maple Ridge en Colombie-Britannique, ont mené l’attaque canadienne en marquant chacun 3 buts. Les Québécoises Christine Robinson et Stephanie Valin, chacun deux fois, Krystina Alogbo, Katrina Monton, Joëlle Bekhazi, l’Albertaine Kelly McKee et la Britanno-Colombienne Carmen Eggens ont aussi marqué pour le clan de l’unifolié.

Dominique Perreault est l’autre Québécoise de la formation canadienne.

Une dure défaite

Chez les hommes, les Canadiens ont entamé la compétition en s’inclinant 12-7 face à la Croatie.

Tirant de l’arrière 4-2 après le premier quart, les Canadiens ont vu leurs adversaires creuser l’écart à 6-2 à la mi-match.

« C’est une dure défaite. Nous sommes meilleurs que ça », a mentionné Justin Boyd, auteur d’un but dans la rencontre.

Nicolas Constantin-Birari, Dusan AleksicDavid Lapins et George Torakis étaient les autres Québécois membres de l’équipe canadienne.


Pierre Langlois, un ami du sport au Québec, nous a quittés

langloispierre

C’est avec beaucoup de tristesse et de surprise que nous avons appris le décès de Pierre Langlois. Le 14 juillet dernier, Pierre est décédé à la suite d’une courte lutte contre le cancer.

Pierre s’est joint à l’équipe du Centre national multisport-Montréal (CNMM) en 2006, afin de coordonner la mise sur pied du Centre d’excellence des sports aquatiques du Québec (CÉSAQ), un programme de haut niveau, d’envergure pancanadienne, regroupant au Centre sportif du Parc olympique les quatre sports aquatiques soit la nage synchronisée, la natation, le plongeon et le water-polo. Aussi, de 2009 à 2013, Pierre Langlois occupa le poste de directeur des opérations au CNMM et à compter de 2012, à l’Institut.

À titre de directeur des opérations, Pierre fut un artisan fort important à toutes les étapes d’idéation et de planification du Complexe qui a ouvert ses portes aux athlètes en juillet 2014. De plus, au cours de l’hiver 2012, Pierre a travaillé à la création de l’image de marque de l’Institut telle que nous la connaissons aujourd’hui. Il a également coordonné la campagne de promotion et d’information de l’Institut lors du changement d’image de marque.

Au cours de sa carrière, Pierre a œuvré au sein de nombreux organismes de sport ayant assumé successivement la direction de Water-polo Québec, la Société de sauvetage et Olympiques spéciaux Québec. Aussi, Pierre a pratiqué plusieurs sports, dont le water-polo, la natation et l’aviron.

« Pierre a été un collaborateur important au développement et à la mise en œuvre du CESAQ en 2007. Par la suite, il a été intensément actif dans la création du nouveau Complexe de l’INS Québec, qui représente à nos yeux le plus important investissement du gouvernement du Québec dans le système sportif de haut niveau québécois depuis les Jeux olympiques de 1976. Il y a un peu de lui dans notre complexe »,  a souligné le Président directeur-général, Marc Gélinas.

Ses funérailles auront lieu le 8 août au complexe funéraire Alfred Dallaire au 2645 Henri-Bourassa Est.

Nos pensées et nos prières accompagnent sa conjointe Antoinette et leur fille Isabelle.

 


Bourse de doctorat en physiologie du sport et de la performance

INS_Multi

L’INS Québec offre une bourse de 60 000 dollars canadiens répartis sur trois ans à un étudiant de troisième cycle dont le doctorat porte sur la physiologie du sport et de la performance. En plus de ses travaux académiques, le candidat doit démontrer une aptitude particulière à répondre aux exigences du sport de haut niveau.

Le doctorant devra livrer des services généraux en physiologie du sport à des athlètes de niveau national et international qui s’entraînent à l’INS Québec.  La thématique du doctorat doit s’inscrire dans les priorités identifiées par le sport et l’INS Québec. Parmi les thématiques recherchées, une attention particulière sera portée aux candidats qui ont de l’expérience dans les domaines suivants : suivi de l’état d’entraînement, récupération, planification de l’entraînement, évaluation de la condition physique, stratégies de voyage, altitude, chaleur, adaptations cellulaires à l’effort.

Le candidat devra faire preuve d’une grande autonomie pour offrir des services aux athlètes et entraîneurs de l’INS Québec tout en menant ses travaux académiques. La maîtrise de l’anglais et du français est essentielle.

Bourse proposée à compter de l’automne 2015.

Le dossier de candidature doit comporter

  • CV du candidat
  • CV du directeur de thèse
  • Lettre de motivation du candidat
  • Projet de recherche d’une page précisant la problématique ainsi que la méthodologie
  • Lettre de recommandation du directeur de thèse

SVP faire parvenir votre candidature par courriel à emploi@insquebec.org avant le 9 août, 23h59 (heure de l’Est)


Offres d’emplois

Adjoint de direction / Hockey Canada (Calgary)
Date limite : 29 juillet 2015
Les détails de l’offre

Entraîneur de l’équipe nationale / Association des sports des sourds du Canada
Date limite : 31 juillet 2015
Les détails de l’offre

Coordonnateur, événement – Championnat mondial junior 2017 / Hockey Canada (Montréal)
Date limite : 2 août 2015
Les détails de l’offre

Rédacteur et agent de communication / Sportcom (Montréal)
Date limite : 3 août 2015
Les détails de l’offre

Entraîneur-chef de l’équipe nationale junior / Football Canada
Date limite : 5 août 2015
Les détails de l’offre

Gestionnaire, finances / À nous le podium (Ottawa)
Date limite : 10 août 2015
Les détails de l’offre

Chef de la direction / Ski de fond Canada (Canmore)
Date limite : 10 août 2015
Les détails de l’offre

Directeur exécutif / Plongeon Québec (Montréal)
Date limite : 14 août 2015
Les détails de l’offre

Membres du conseil d’administration / Association canadienne de ski acrobatique
Date limite : 14 août 2015
Les détails de l’offre

Coordonnateur des opérations / Biathlon Canada (Canmore, Alberta)
Date limite : 16 août 2015
Les détails de l’offre

À surveiller

24-9 Multisport – Championnats du monde de la FINA, Kazan, Russie
À surveiller :
Natation: Alyson Ackman, Jade Dusablon, Audrey Lacroix, Sandrine Mainville, Victoria Poon et Katerine Savard;
Nage synchronisée: Gabriella Brisson, Annabelle Frappier, Claudia Holzner, Lisa Mikelberg, Marie-Lou Morin, Jacqueline Simoneau et Karine Thomas;
Plongeon: Jennifer Abel, Meaghan Benfeito, Roseline Filion, Philippe Gagné, François Imbeau-Dulac, Vincent Riendeau et Pamela Ware;
Water-polo: Femmes : Krystina Alogbo, Joëlle Békhazi, Shae Fournier, Katrina Monton, Dominique Perreault, Christine Robinson et Stephanie Valin; Hommes: Dusan Aleksic, Justin Boyd, Nicolas Constantin-Bicari, David Lapins et George Torakis.

25-29 Cyclisme sur route – Tour de Wallonie (2.HC), plusieurs villes, Belgique
À surveiller : Antoine Duchesne et Dominique Rollin

26-2 Tir à l’arc – Championnats du monde, Copenhague, Danemark
À surveiller :  Virginie Chénier, Patrick Rivest Bunster et Georcy-Stéphanie Thiffeault Picard

29-2 Paracyclisme – Championnats du monde, Nottwil, Suisse
À surveiller : plusieurs Québécois

30 Athlétisme – Ligue Diamant, Stockholm, Suède
À surveiller : Charles Philibert-Thiboutot

1-2 Triathlon et paratriathlon – Qualification olympique mondiale et événement mondial de l’ITU, Rio de Janeiro, Brésil
À surveiller : Sarah-Anne Brault

1-2 Vélo de montagne – Coupe du monde, Mont-Sainte-Anne, Québec
À surveiller : plusieurs Québécois dont Léandre Bouchard et Raphaël Gagné

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires