Le Multisport, édition du 1er septembre 2015

Antoine Valois-Fortier en bronze aux Mondiaux!

Photo Rafal Burza

Photo Rafal Burza

Antoine Valois-Fortier

Pour une deuxième année consécutive, Antoine Valois-Fortier est monté sur le podium des Championnats du monde de judo. Jeudi, à Astana (Kazakhstan), l’athlète originaire de Beauport a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie des moins de 81 kg.

À son dernier combat du jour, le médaillé de bronze des Jeux olympiques de Londres a eu raison du Sud-Coréen Seungsu Lee. Sa seule défaite est survenue en demi-finale aux mains du Français Loïc Pietri, qui s’est plus tard incliné par ippon en finale contre le Japonais Takanori Nagase.

« Je suis bien content de mon résultat, même s’il y a deux ou trois petites choses qui m’ont déplu. C’est de très bon augure pour les Jeux olympiques de Rio. Je suis content d’avoir démontré que je suis constant et au plus haut niveau lors des grands événements », a précisé le médaillé de bronze, ajoutant qu’il se trouve exactement là où il voulait être lorsqu’il a planifié ce cycle olympique avec son entraîneur Nicolas Gill.

« Je continue de progresser au fil des ans et je m’attends à de bonnes choses à Rio. J’ai connu un bon début d’été et j’avais mis les heures à l’entraînement pour être en très bonne forme. Je m’attendais donc à bien performer. »

En demi-finale, Valois-Fortier a plié l’échine contre Pietri. « Je me suis fait surprendre en début de combat. Je m’attendais à ce qu’il tente de me projeter vers l’avant, sauf que c’est vers l’arrière qu’il m’a surpris. J’ai essayé de rattraper l’écart au pointage, sauf que j’ai dû prendre des risques et c’est à ce moment qu’il m’a marqué ippon. »

Le Québécois a ensuite retrouvé le chemin de la victoire en s’imposant face à Lee. « C’était un bon combat, surtout dans le positionnement de mes mains. J’ai marqué avec une minute à faire et j’ai pu conserver mon avance. »

Beauchemin-Pinard si près du podium

En action chez les moins de 57 kg, Catherine Beauchemin-Pinard est passée bien près d’ajouter une médaille à la récolte canadienne, mais l’athlète de Saint-Hubert s’est inclinée en prolongation dans son duel pour l’obtention d’une médaille de bronze et a conclu la compétition au cinquième échelon.

« Catherine a offert l’une des meilleures performances de l’histoire du judo féminin canadien en terminant cinquième après de superbes victoires. Elle a démontré qu’elle avait sa place au sein de l’élite mondiale, ce qui est de bon augure à moins d’un an des Jeux olympiques de Rio », a mentionné l’entraîneur-chef de l’équipe nationale Nicolas Gill.

« D’un côté, je suis vraiment contente. Cinquième aux Mondiaux, c’est une performance extraordinaire avec le calibre qu’il y avait dans ma catégorie, a affirmé la principale intéressée. Mais en même temps, j’étais si près d’une médaille… C’est une journée qui a si bien commencé, mais qui ne s’est pas terminée comme je l’aurais espéré. »

En lice pour une médaille de bronze, Beauchemin-Pinard, 11e au classement mondial, et la Mongole Sumiya Dorjsuren, 3e, se sont fait une lutte serrée. Si aucune des deux athlètes n’avait encore réussi à marquer avec moins d’une minute à faire au combat, c’est la Québécoise qui avait pourtant l’avantage puisqu’elle n’avait qu’une pénalité à sa fiche alors que son adversaire en avait deux.

Beauchemin-Pinard a cependant ensuite reçu une pénalité et les deux athlètes ont dû poursuivre la confrontation en prolongation. Après 1 minute 42 secondes en temps supplémentaire, la Québécoise a à nouveau été pénalisée, cédant du même coup la victoire à Dorjsuren.

« J’ai attaqué un peu moins qu’elle alors j’ai reçu une pénalité pour passivité », a expliqué la représentante du pays.

Le parcours de la Québécoise avait précédemment croisé, en demi-finale, celui de la numéro un mondiale, Corina Caprioriu, de la Roumanie. Beauchemin-Pinard a dû s’avouer vaincue, tirant de l’arrière par un waza-ari au terme des quatre minutes de l’affrontement.

« C’est un peu ma bête noire, a admis la judoka canadienne. Ça fait quelques fois que je me mesure à elle sans trouver de solution pour l’emporter. Je devrai continuer d’y travailler. »

Du côté des moins de 70 kg, Alix Renaud-Roy, a pris le neuvième rang. Après une victoire sur la Luxembourgeoise Lynn Mossong, la judoka de La Pocatière a vu son chemin se terminer lors de son affrontement face à l’éventuelle médaillée d’or, la Française Gevrise Emane, qui l’a vaincue par ippon.

Antoine Bouchard (-66 kg), Étienne Briand (-73 kg), Ecaterina Guica (-52 kg), Arthur Margelidon (-73 kg), Sergio Pessoa (-60 kg) Stéfanie Tremblay (-63 kg), n’ont pas obtenu de classement.


Maxime Potvin s’offre l’or en Argentine

potvinmaxime_action
Maxime Potvin

Le taekwondoïste québécois Maxime Potvin a connu une journée parfaite en mettant la main sur la médaille d’or chez les moins de 74 kg, samedi, à l’Open d’Argentine. Charlotte Brown (-53 kg) et Marc-André Bergeron (-87 kg) ont pour leur part décroché l’argent tandis que Camille Dallaire-Leblanc (-49 kg) Nathalie Iliesco (-73 kg) et Cédric Genest (-54 kg) ont également contribué à la récolte à Buenos Aires en obtenant le bronze.

En finale, Potvin, favori du tournoi, a pris sa revanche sur l’Argentin Jorge Alvarez. Les deux combattants s’étaient affrontés en juin dernier, à l’Open du Paraguay, et c’est Alvarez qui avait eu le dessus au terme d’un duel serré qui s’était terminé en prolongation. Cette fois, Potvin n’a laissé aucune chance à son opposant et l’a emporté 7-3.

« C’était très convaincant comme victoire. Je me suis bien imposé et j’ai dominé le match du début à la fin. Je me sentais en forme aujourd’hui, j’étais rapide et fort. Je suis vraiment content de ma performance », s’est-il réjoui.

L’athlète de Québec avait entamé la compétition en se défaisant de l’Argentin Diego Armenta 22-4. « C’était un bon duel pour commencer. C’était le fun de mettre tout en place et tenter des choses afin de me préparer pour les combats suivants », a-t-il expliqué.

En demi-finale, il a trouvé sur sa route le Mexicain Rene Lizarraga qui évolue généralement chez les moins de 80 kg, où il est notamment médaillé d’argent aux Mondiaux 2013. « Je savais que ça allait être un bon combat. Ç’a été serré tout le long. »

« J’ai marqué quelques points au corps en fin de combat. Il a essayé de rattraper les points, mais il n’a pas été capable, car j’utilisais bien ma distance. Je suis bien content de cette victoire », a affirmé Potvin.

Marc-André Bergeron était tout près de décrocher l’or chez les moins de 87 kg, mais s’est incliné en prolongation vis-à-vis du Mexicain Misael Lopez. Les deux athlètes s’étaient récemment livré une chaude lutte aux Jeux panaméricains de Toronto et c’était le Québécois qui l’avait alors emporté en route vers une médaille de bronze.

L’inverse s’est cependant produit samedi. « Je menais 3-0, mais il a pu revenir à l’arrière par une frappe au visage un peu controversée, a admis Bergeron. Mais bon, ça fait partie du sport! »

Lopez a eu le dessus en prolongation en marquant grâce à un coup de poing. « C’était un bon combat. Évidemment, j’aurais voulu mieux gérer la prolongation, mais je suis tout de même satisfait de ce que j’ai fait. »

Plus tôt dans la journée, Bergeron s’est imposé 7-2 face à l’Argentin Ariel Prevalil à son premier combat. « C’était un jeune athlète, mais il était prêt à se battre. Ç’a été un bon combat, mais j’ai bien fait sentir ma force dans chacune de mes frappes et ça l’a dérangé un peu. J’ai été étanche sur ses essais au corps ou à la tête. »

Son combat suivant, où il se mesurait au Kazakh Smaiyl Duisebay, a dû être départagé en prolongation. « Ç’a été un combat étanche du début à la fin, il y avait peu d’ouverture des deux côtés », a raconté Bergeron qui tirait de l’arrière 0-2 en début de combat, mais est parvenu à rattraper le temps perdu en troisième ronde pour créer l’égalité.

« Je savais que j’avais de bonnes chances de l’emporter en prolongation, car j’étais généralement le premier à frapper dans l’échange. Si j’y allais le tout pour le tout et que j’appuyais bien ma frappe, j’avais confiance de gagner et j’y suis parvenu très tôt dans la ronde. »


« Une arrivée de fou! » Xavier Desharnais, 5e en Macédoine

desharnaisxavier
Xavier Desharnais

Après 33 kilomètres de nage dans les eaux du lac d’Ohrid, il a fallu faire usage de la photo-finish pour déterminer le rang de Xavier Desharnais, samedi, au Grand Prix de natation en eau libre disputé en Macédoine. Auteur d’un chrono de 5 h 39 min 55,76 s, le Sherbrookois a finalement pris le cinquième rang.

« C’était une arrivée de fou! » a mentionné le Québécois qui a fini à une seconde du médaillé de bronze, le Macédonien Tomi Stefanovski (5 h 39 min 54 s).

Evgenij Pop Acev (5 h 39 min 42 s), aussi représentant du pays hôte, a été déclaré vainqueur en devançant de six secondes le Brésilien Matheus Evangelista (5 h 39 min 48 s), médaillé d’argent. Le Français Bertrand Venturi a pris le quatrième rang grâce à un temps de 5 h 39 min 55,39 s, déterminé après la reconstitution visuelle.

« J’étais bien placé tout le long de la course et à la dernière bouée, à 500 mètres de l’arrivée, j’étais troisième ou quatrième. Je me suis fait embarquer dessus par d’autres nageurs et je suis tombé derrière, mais les officiels n’ont rien vu, supposément », a fait remarquer le Québécois, déçu de la décision ultime des officiels. « Année après année, l’organisation est très décevante en avantageant les nageurs locaux et n’est pas très juste dans ses décisions », a ajouté Desharnais.

Cette fin de course a noirci le ciel de la journée ensoleillée dont ont profité les nageurs. « C’était de belles conditions, très ensoleillées, a mentionné l’athlète de 25 ans. Nous avons eu un vent de face avec de la vague entre la deuxième et la quatrième heure, mais sinon, c’était très beau. »

Actuellement troisième au classement général du Grand Prix en eau libre, Desharnais, vainqueur de la Traversée internationale du lac Saint-Jean, est toujours dans la course, lui qui n’a que quatre points de retard sur le deuxième et six points sur le meneur.

La dernière manche sera disputée dimanche prochain, en Italie. Les nageurs partiront de Capri et rejoindront Naples après 36 kilomètres de course.


Trois médailles pour Mary-Sophie Harvey

harveymarysophie
Mary-Sophie Harvey

La collection de médailles de la nageuse québécoise Mary-Sophie Harvey n’a cessé de s’agrandir aux Championnats du monde juniors. La Montréalaise a récolté l’argent au 200 m quatre nages, tout en faisant partie des relais canadiens 4×200 m libre et 4×100 m libre, respectivement médaillés d’argent et de bronze.

Au 200 m quatre nages vendredi, l’athlète du Club de natation Neptune de Saint-Jérôme a parcouru la distance en 2 min 12,37 s pour établir une nouvelle marque personnelle. Harvey a terminé 1,34 seconde après la gagnante, la Turque Viktoria Zeynep Gunes (2 min 11,03 s), auteure d’un  record du monde junior. La Britannique Georgia Coates (2 min 12,74 s) a complété le podium  touchant le mur seulement quelques centièmes de seconde après la Québécoise.

En finale du relais 4×200 m libre disputé mardi dernier, Harvey était la troisième à s’élancer et est montée sur la deuxième marche du podium en compagnie de l’Ontarienne Penny Oleksiak, de l’Albertaine Rebecca Smith et de la Britanno-Colombienne Taylor Ruck. L’équipe canadienne a arrêté le chrono à 7 min 57,04 s.

Le quatuor australien a été le plus rapide, l’emportant en 7 min 56,68 s, devant l’unifolié. La Russie a pris le troisième rang (7 min 57,58 s).

Samedi, la jeune athlète de 16 ans faisait aussi partie de la sélection nationale au relais 4×100 mètres. Harvey, Oleksiak, Smith et Ruck  ont nagé la distance en 3 min 41,67 s pour finir troisièmes.


Hyacinthe et les relayeuses canadiennes sixièmes au monde

hyacinthekimberly
Kimberly Hyacinthe

Après avoir établi un record canadien en préliminaires, Kimberly Hyacinthe et ses coéquipières canadiennes Crystal Emmanuel, Isatu Fofanah et Khamica Bingham ont fini sixièmes de la finale du relais 4×100 mètres samedi soir, aux Championnats du monde d’athlétisme qui étaient présentés à Pékin, en Chine.

Auteures d’un chrono de 43,05 s, les Canadiennes ont terminé à 1,98 seconde des gagnantes, les Jamaïcaines, championnes du monde grâce à un temps de 41,07 s.

Les Américaines ont suivi au deuxième rang, parcourant la distance en 41,68 s tandis que les représentantes de Trinité-et-Tobago ont mis la main sur le bronze en réalisant un temps de 42,03 s.

En plus d’obtenir leur laissez-passer, Hyacinthe, de Terrebonne, Emmanuel, de Toronto, Fofanah, d’Edmonton, et Bingham, de Caledon (Ontario), ont également réécrit le livre des records canadiens en stoppant le chrono à 42,60 s. Elles ont battu l’ancienne marque de 40,85 s, réalisée en mai dernier aux Relais mondiaux de l’IAAF, disputés à Nassau, aux Bahamas.

Du côté du relais féminin du 4×400 mètres, Audrey Jean-Baptiste, Aiyanna Stiverne et leurs coéquipières canadiennes ont pris le huitième et dernier rang de la finale présentée dimanche. Carline Muir, Sage Watson, Jean-Baptiste et Stiverne ont couru les 1600 m en un temps total de 3 min 27,69 s, accumulant un retard de plus de 8 secondes sur les Jamaïcaines (3 min 19,13 s), sacrées championnes du monde.

Dans les performances individuelles, Charles Philibert-Thiboutot a réalisé la meilleure performance québécoise en terminant 15e sur 1500 mètres.

« Une 15e place aux Championnats du monde, nous ne pouvons pas être déçus de ça! » a indiqué son entraîneur Félix-Antoine Lapointe.

Après avoir été repêché en demi-finales grâce à son temps des qualifications, l’athlète de Québec a pris le 10e rang de sa vague de demi-finale. Son temps de 3 min 39,62 s n’a pas été suffisant pour qu’il soit accède à la finale. Les cinq premiers coureurs de chaque vague avançaient d’emblée à l’étape suivante et les deux autres participants étaient sélectionnés selon leur chrono.

« Jusqu’à 300 mètres de l’arrivée, ça allait relativement bien. C’était un peloton qui était assez serré et tous les coureurs étaient ensemble jusqu’à ce moment-là. Lorsque les meneurs ont fait une accélération significative à la fin, Charles n’avait malheureusement pas les ressources pour poursuivre avec eux. Ça a été une fin de course assez difficile », a commenté l’entraîneur.

« Il a fait ce qu’il avait à faire dans la première portion de la course jusqu’à 1200 m, puis il a manqué un peu d’énergie à la fin », a-t-il ajouté.

Au 200 mètres, Kimberly Hyacinthe s’est elle aussi rendue en demi-finale. Elle a fini 21e.

 


Kaya Turski cinquième

turskikaya
Kaya Turski

La skieuse acrobatique québécoise Kaya Turski a renoué avec la compétition à la Coupe du monde de Cardrona, en Nouvelle-Zélande, où elle a pris le cinquième rang de l’épreuve de slopestyle vendredi.

La médaillée d’or des Jeux olympiques de Sotchi avait pris une pause du circuit l’hiver dernier, sans toutefois cesser de pratiquer son sport.

Après avoir terminé sixième des qualifications de cette première épreuve de la saison de Coupe du monde jeudi, la Montréalaise a obtenu la note de 78,60 pour son troisième et meilleur essai en finale.

Kim Lamarre, de Québec, n’a pas pris le départ de l’épreuve en raison d’une chute survenue à l’entraînement. Elle a préféré faire preuve de prudence et revenir en force à sa prochaine compétition.

À l’épreuve masculine, Alex Bellemare a obtenu un pointage de 67, une note décrochée à sa deuxième descente. Cela n’a pas été suffisant pour que le planchiste de Shawinigan se classe parmi les finalistes. Il a dû se contenter du 25e rang.

 


Le titre échappe à Philippe Bédard

bedardphilippe
Philippe Bédard

Il s’en est fallu de peu, mais le joueur de tennis en fauteuil roulant Philippe Bédard n’a finalement pas réussi à mettre la main sur le titre en simple des Championnats Pacific NW Sectional qui étaient disputés à Beaverton, en Oregon.

En finale dimanche, l’athlète de Bromont s’est incliné en trois manches face à son partenaire de double pour le tournoi, l’Américain Steve Baldwin. Après avoir remporté la première manche 6-4, Bédard menait 5-3 dans la deuxième avant de voir son adversaire revenir de l’arrière et l’emporter 7-5. Baldwin s’est ensuite imposé en manche ultime 6-1.

« Je n’avais plus d’énergie au troisième set, a mentionné Bédard. Ma forme physique n’est pas là en raison de ma longue absence. C’est dommage. Je suis déçu, évidemment. »

Opposé en demi-finale à son compatriote Éric Gilbert, Bédard s’est imposé par la marque de 6-0 et 6-3. « J’ai été solide au départ et j’ai pris l’avance, ce qui m’a donné confiance pour le reste du match », a expliqué le vainqueur du duel.

Plus tôt dans la compétition, la première tête de série s’est défaite de l’Américain David Wagner 6-3 et 7-6 en huitième de finale, puis de Patrick D. Jacobson, aussi des États-Unis, 6-1 et 6-0 dans son match de quart.

De son côté, Gilbert, de Saint-Raymond, a signé une victoire de 6-4,2-6 et 6-2 sur l’Américain Marcus Causton, puis a éliminé l’Américain Todd C. Hanover 0-6, 6-4 et 6-3 avant de croiser le fer avec Philippe Bédard en demi-finale.

Toujours dimanche, Bédard était du même côté du filet que Baldwin pour la finale de double. Les deux joueurs, favoris du tournoi, n’ont toutefois pas eu besoin de s’exécuter pour remporter la compétition. Leurs adversaires, Éric Gilbert et l’Américain Hunter B. Groce, deuxièmes têtes de série, se sont désistés avant la tenue du match.


Une finale en entrée pour Lambert et Key

lambertfrederique
Frédérique Lambert

Les vacances ont été courtes pour la joueuse de racquetball Frédérique Lambert, en action cette semaine à l’Open de Cali, un tournoi de la LPRT (Ladies Professionnal Racquetball Tour) disputé en Colombie.

La Montréalaise et sa partenaire, l’Américaine Michelle Key, ont atteint la finale de double de ce premier rendez-vous de la saison, mais ont baissé pavillon face à des adversaires de taille samedi soir. Les Mexicaines Paola Longoria et Samantha Salas Solis, favorites du tournoi, ont disposé du duo nord-américain en trois parties de 10-15, 15-10 et 11-5.

En demi-finale, Lambert et Key ont vaincu la paire composée de l’Américaine Rhonda Rajsich et de l’Argentine Maria Jose Vargas en 15-9 et 15-10.

Au premier tour, elles ont eu raison de l’Américaine T. J. Baumbaugh et de la Mexicaine Carolina Luque 15-8 et 15-13.

En simple, Frédérique Lambert n’est pas allée plus loin que les quarts de finale. Après avoir reçu un laissez-passer au premier tour, l’athlète de 23 ans s’est avouée vaincue face à Samantha Salas Solis 11-2, 11-7 et 11-3.


Première dizaine mouvementée pour Antoine Duchesne au Tour d’Espagne

duchesneantoine
Antoine Duchesne

Des ennuis de santé, une échappée, un rôle de mécano et une chute. On peut dire que la première semaine d’Antoine Duchesne à la Vuelta, le premier Grand Tour cycliste de sa carrière, a été mouvementée!

Au terme de la dixième étape où il a fini 124e lundi, le membre de la formation Europcar pointe au 164e rang du classement général, à 1 heure 46 minutes 40 secondes du meneur, le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Alpecin).

« Je commence à me sentir vraiment bien. Je digère mieux, je récupère bien et les jambes sont bonnes », a affirmé Duchesne qui relève un bilan positif de ses dix premiers jours en selle. « C’est aussi positif en terme d’équipe. Sur neuf étapes, nous avons participé à six échappées et nous sommes passés près d’une victoire vendredi. Nous avons deux gars (Romain Sicard, 19e, et Fabrice Jeandesboz, 21e) placés pas trop loin au général et les grosses étapes s’en viennent. »

Si l’athlète de Québec a éprouvé des problèmes de digestion en début de tour, cela ne l’a pas empêché mercredi, de prendre part à l’échappée du jour. Après 19 kilomètres de course, Duchesne s’est glissé dans l’échappée initiée par l’Éthiopien Tsgabu Grmay, membre de l’équipe Lampre-Merida.

« Ce n’était pas le plan initial, mais le départ de la course était lent. L’occasion y était alors je me suis dit pourquoi pas? Je savais que je n’y laisserais pas trop de cartouches, a raconté le cycliste« Nous avons fait la journée devant, mais à la fin, ç’a été plus désorganisé. Le momentum s’est cassé à 15 kilomètres de la ligne d’arrivée », a expliqué Duchesne.

L’étape de 167,3 km a finalement été remportée par l’Australien Caleb Ewan, d’Orica GreenEdge, en 3 h 57 min 28 s. Il a été le premier d’un groupe de quatre cyclistes à franchir l’arrivée. L’Allemand John Degenkolb (Giant-Alpecin) a pris le deuxième rang et le Slovaque Peter Sagan (Tinkoff-Saxo) a terminé troisième.

Pour sa part, le Québécois a fini au 171e rang, à 3 minutes 07 secondes du vainqueur. « Dans les 5 derniers kilomètres, il y avait plein de relances, alors mettre des efforts ne servait pas à grand-chose. Je suis rentré tranquille avec une quinzaine de coureurs. »

Également au Tour d’Espagne, Dominique Rollin (Cofidis, Solutions Crédits) occupe actuellement le 146e rang du classement général, à 1 heure 31 minutes 31 secondes du meneur.

La journée de mardi en sera une de repos pour les cyclistes qui reprendront le départ de l’épreuve mercredi, à Andorre.

Une coéquipière de Joëlle Numainville au pied du podium

La coéquipière de Joëlle Numainville chez Bigla, la Sud-africaine Ashleigh Moolman-Pasio, a terminé au pied du podium du Grand Prix de Poulay (France), une épreuve comptant pour la Coupe du monde féminine de cyclisme sur route. La course remportée par la Britannique Elizabeth Armitstead (Boels Dolmans) s’est terminée au sprint, en 3 h 09 min 26 s. Classée quatrième, Moolman-Pasio faisait partie du groupe de tête de neuf coureuses.

Pour sa part, Joëlle Numainville a franchi l’arrivée seule au 46e rang, avec 3 minutes 06 secondes de retard sur la championne du jour.


Les surfeurs québécois déjoués par Dame Nature en Australie

toutantsebastien
Sébastien Toutant

L’événement The Mile High, sanctionné par le World Snowboard Tour, s’est déroulé dans des conditions loin d’être idéales. En plus de se battre contre leurs rivaux, les trois Québécois en action ont dû affronter Dame Nature, ce qui leur a compliqué largement leur tâche.

Chez les hommes, Sébastien Toutant et Maxence Parrot ont terminé respectivement 42e et 63e.

La seule descente effectuée par Toutant lui a valu 30,50 points. « Les conditions n’étaient vraiment pas bonnes. J’ai fait une descente et je suis tombé à mon dernier saut. Je n’ai pas fait ma deuxième descente à cause du manque de visibilité », a-t-il indiqué.

« Je n’avais pas d’objectif précis pour cette compétition. La saison est jeune et tout ce que je veux, c’est de rider et d’apprendre de nouveaux trucs ou de les perfectionner », a-t-il ajouté.

De son côté, Parrot n’a réussi aucune de ses deux descentes comme il l’aurait voulu. « La compétition avait été reportée à aujourd’hui (mercredi), en raison de la météo. Il n’y a pas eu de qualifications ni de demi-finales. Je n’ai pas réussi à atterrir une descente complète », a commenté l’athlète de Bromont qui n’a enregistré qu’un total de 13,00 points pour son meilleur essai.

Du côté féminin, Laurie Blouin s’est glissée au 13e rang avec un pointage de 36,00. Celle qui est montée sur la deuxième marche du podium à la Coupe du monde de Cardrona, en Nouvelle-Zélande, il y a deux semaines, était déçue d’avoir raté le podium cette fois-ci, mais voit sa saison d’un bon œil. « J’envisage ma saison avec beaucoup de bons résultats! J’ai travaillé tellement fort et je vois que l’énergie investie dans mon entraînement paraît. »


Un détour par le repêchage pour Bahain et Lussier

bahainjulien
Julien Bahain

Julien Bahain et ses coéquipiers du quatre de couple, ainsi que le spécialiste du skiff Pascal Lussier, devront participer au repêchage pour tenter de remporter leur laissez-passer vers les rondes suivantes, aux Championnats du monde présenté à Aiguebelette, en France.

Les deux Québécois n’ont pu qualifier leur bateau respectif lors des préliminaires qui avaient lieu dimanche, première journée des Mondiaux.

En quatre de couple, Julien Bahain, Matthew Buie, Will Dean et Robert Michael Gibson ont dû se contenter du troisième rang de leur vague avec un chrono de 5 min 47,121 s. Ils occupaient le deuxième rang jusqu’aux derniers 500 mètres de course, mais ont été devancés par les Lituaniens (5 min 45,220 s) qui ont réussi à prendre une avance de près de 2 secondes.

Les Allemands ont largement dominé la vague de qualifications des Canadiens, terminant premiers avec un temps de 5 min 43,320 s.

« La densité dans notre catégorie ne pardonne rien. Nous avons réalisé un parcours correct, sans grosses fautes, mais visiblement pas suffisant pour nous qualifier directement en demi. C’est donc le difficile exercice du repêchage qui nous attend », a indiqué le Québécois d’adoption.
Pour avancer directement en demi-finales, les quatuors devaient se classer parmi les deux premiers de leur groupe. Ce sera donc partie remise pour les Canadiens qui devront se surpasser au repêchage pour éviter le couperet.

Il y a un enjeu de plus cette année aux Championnats du monde : des places olympiques pour Rio. Bien sûr, les représentants de l’unifolié ont l’œil sur ses billets très convoités. Pour qualifier leur embarcation, ils devront se tailler une place dans le top-8. Ils ont démontré que c’était possible durant les préliminaires.

« Avec le huitième meilleur temps au général, nous sommes dans le coup de la qualification olympique, mais le tirage au sort nous donne très certainement le repêchage le plus compliqué. Nous affronterons rien de moins que le podium des Championnats d’Europe (Russie, Ukraine, Royaume Uni), sachant que les Ukrainiens et les Anglais sont champions et vice-champions du monde en titre », a expliqué Bahain, qui a jusqu’à mardi pour se préparer pour le repêchage.

« Seulement les trois premiers auront leur billet pour les demi-finales. Autant dire que cela va être une grosse course ! Il va nous falloir prendre un cran et s’assurer une de ces trois places ! »

Au skiff, Pascal Lussier était le meneur de sa vague durant les 1000 premiers mètres. Il a glissé au deuxième rang lorsqu’il a passé le cap des 1500 mètres, puis a été le troisième à franchir l’arrivée après 6 min 58,001 s d’effort. Le Norvégien Olaf Tufte (6 min 51,190 s) a finalement devancé le Québécois de plus de 8 secondes, s’emparant de la deuxième place dont il aurait eu besoin pour éviter le repêchage.

Le Belge Hannes Obreno a été le plus rapide de la mêlée, stoppant le chrono à 6 min 50,480 s.

« Avec le Belge (Obreno) et le Norvégien (Tufte) ça allait être difficile, mais pas impossible. Je savais que mon entraînement a vraiment bien été récemment et que j’ai amélioré ma technique. Je suis capable de maintenir une très bonne vitesse », a dit Lussier.

« Je suis donc parti très fort et dès les premiers 500 mètres, je me suis retrouvé devant tous les bateaux avec une bonne distance. Mais le Belge (Obreno) qui a fini quatrième à la coupe du monde de Lucerne m’a passé au 1250e mètre. J’étais toujours devant le double champion olympique en individuel (Tufte), mais avec 500 mètres à faire, j’avais déjà mis beaucoup d’effort afin d’essayer de l’épuiser. J’espérais bien qu’il arrête de ramer, car me passer aurait été trop difficile », a expliqué le Québécois.

« Avec 400 mètres à faire, j’ai donné un bon coup et pris beaucoup de vitesse, mais Tufte a continué à attaquer et m’a passé alors qu’il restait 300 mètres à faire. À ce moment, je savais que j’étais sans jus et donc j’ai ramé le dernier 150m relaxe », a-t-il ajouté.

Pour procurer au Canada une place sur la ligne de départ des Jeux olympiques de 2016, le Québécois devra se classer parmi les neuf premiers de sa discipline cette semaine.


Rentrée réussie pour Aleksandra Wozniak

wozniakaleksandra
Aleksandra Wozniak

Après une absence de près d’un an en raison d’une blessure à l’épaule droite, la joueuse de tennis Aleksandra Wozniak était de retour sur les courts la semaine dernière à l’Open de Winnipeg, un tournoi de la Fédération internationale de tennis octroyant 25 000 $ en bourses.

Après avoir signé deux victoires, la Blainvilloise a finalement été stoppée en quart de finale par la Néerlandaise Michaella Krajicek en deux manches de 7-5 et 6-1.

Plus tôt dans le tournoi, Wozniak s’était d’abord défaite de la Canadienne Rosie Johanson et de l’Américaine Ingrid Neel.

Du côté de New Haven, Eugenie Bouchard s’est fait montrer la porte de sortie au premier tour de l’Open du Connecticut, un tournoi de la WTA. L’athlète originaire de Westmount, actuellement classée 25e au monde, a été éliminée par l’Italienne Roberta Vinci, 43e, en deux manches de 6-1 et 6-0.

Cette semaine, Bouchard sera des Internationaux des États-Unis.


Première Semaine nationale des entraîneurs

 pep2

La Communauté PeP, un regroupement d’intervenants en activités physiques et sportives de partout au Québec, se joint à l’initiative de l’Association canadienne des entraîneurs, de même qu’à l’INS Québec et SportsQuébec, ses partenaires stratégiques, pour reconnaître l’apport extraordinaire des entraîneurs dans le développement de la passion pour l’activité physique et le sport chez les jeunes de 6 à 17 ans!

La première Semaine nationale des entraîneurs, du 19 au 27 septembre 2015, est l’occasion de célébrer l’impact positif des entraîneurs et entraîneuses sur les athlètes et les communautés à travers le Canada. Cette semaine vise à reconnaître les entraîneurs et entraîneuses en leur disant simplement #MerciCoach.

Nous voulons remercier les entraîneurs, membres de la Communauté PeP, qui consacrent leur temps aux jeunes et à leur développement afin qu’ils mènent une vie active et un mode de vie sain de manière durable. Ces entraîneurs passionnés…

…Créent une ambiance de respect au sein de leurs équipes et sont des modèles pour nos jeunes;

…Sont sensibles à l’émotion vécue par les jeunes et leur font vivre des émotions constructives;

…Proposent des défis à la portée des jeunes pour leur faire vivre l’état de Flow;

…Amènent les jeunes à pratiquer leur sport par plaisir et pour la satisfaction qu’ils en retirent.

Pour en savoir plus sur les activités de la Communauté PeP pendant la Semaine nationale des entraîneurs, visitez notre site web : www.communautepep.ca.


Appel aux entraîneurs – Inscription en cours pour les tâches de l’ancien programme des Niveaux 4 et 5

INS_Multi

La période de préinscription et d’inscription pour les tâches de l’ancien programme des Niveaux 4 et 5 vient tout juste de débuter. Les entraîneurs souhaitant suivre les cours doivent obligatoirement se préinscrire à tous les cours d’ici le 25 septembre. Les dates limites pour compléter l’inscription et payer les frais varient ensuite en fonction de la date de l’atelier.

Pour plus d’information, cliquez ICI

 


RAPPEL – Possibilité de carrière à l’INS : agent de soutien administratif

INS_Multi

Supérieur immédiat : Gestionnaire des services administratifs

Description du poste :

Sous la responsabilité du gestionnaire des services administratifs, l’agent de soutien administratif collabore à la mission et à la réalisation des orientations stratégiques de l’Institut national du sport du Québec (l’INS Québec) en assurant le soutien administratif et ce, pour les programmes et services de différentes directions. Plus concrètement, il collecte, révise, saisit et produit de la correspondance, des rapports, des formulaires, et des ententes.

Les principales responsabilités reliées au poste consistent à :

Collecter, réviser, saisir, et finaliser de la correspondance, des rapports, des formulaires, des ententes, des présentations et d’autres documents, selon les besoins; assurer la vérification, la codification et l’approbation des factures de fournisseurs de services, selon les politiques et procédures internes; rédiger des rapports de réunion, des lettres et des contrats; produire des bons de commande et la saisie des bons de réception, selon les directives du directeur du service; administrer et tenir à jour la base de données CRM et collaborer au développement de ses nouvelles fonctionnalités; assurer la communication auprès des différents clients/fournisseurs/intervenants/ partenaires selon les besoins des différents services; contribuer à l’organisation, et la promotion de diverses activités de formation et de perfectionnement; assurer la mise à jour de l’inventaire et la préparation des commandes de fournitures et de la documentation nécessaires à la conduite de divers programmes et services de l’INS Québec; effectuer le remplacement du personnel à la réception et au poste d’accueil de la clinique médicale au besoin; effectuer le classement général de documents et dossiers.

Profil recherché :

Diplôme d’études secondaires. Un diplôme collégial en administration des affaires, en bureautique ou dans un domaine connexe serait un atout. Une combinaison de formation et d’expérience pertinente pourra être considérée. Expérience minimale d’une (1) année dans un domaine pertinent. Bonne maîtrise des différents outils et logiciels de bureautique. Bonne maîtrise du français et de l’anglais, tant à l’oral qu’à l’écrit. Disponibilité les fins de semaine et horaire flexible.

Durée : poste permanent
Lieu de travail : Montréal
Heures de travail : semaine de travail de 35 heures
Entrée en fonction : octobre 2015

Salaire : un salaire horaire débutant à 15,77 $/heure ainsi qu’un programme d’avantages sociaux seront offerts au candidat retenu en fonction de son expérience et ses compétences.

Date d’échéance : le lundi 7 septembre à 23h59 (heure de l’est).

Application : SVP faire parvenir votre lettre de présentation et curriculum vitæ par courriel à : emploi@insquebec.org, en indiquant clairement le titre du poste convoité dans l’objet du message. Nous tenons à remercier tous les candidats pour l’intérêt manifesté envers notre organisation. Veuillez toutefois noter que nous ne communiquerons seulement qu’avec les candidats qui auront été retenus pour une entrevue. Nous vous prions de ne pas téléphoner.


Offres d’emplois

Agent de soutien administratif / Institut national du sport du Québec (Montréal)
Date limite : 7 septembre 2015
Les détails de l’offre

Entraîneur-adjoint de ski cross, Équipe de Coupe du monde et de développement / Canada Alpin (Calgary)
Date limite : 1er septembre 2015
Les détails de l’offre

Conseiller de haut niveau, sports d’hiver / À nous le podium (Calgary)
Date limite : 4 septembre 2015
Les détails de l’offre

Adjoint, Communications / Comité olympique canadien (Montréal)
Date limite : 4 septembre 2015
Les détails de l’offre

Gestionnaire des événements / Canada Alpin (Calgary)
Date limite : 11 septembre 2015
Les détails de l’offre

Coordonnateur, langues officielles / Association canadienne des entraîneurs (Ottawa)
Date limite : 13 septembre 2015
Les détails de l’offre

Coordonnateur aux communications et relations médiatiques / Aviron Canada (Victoria, Colombie-Britannique)
Date limite : 14 septembre 2015
Les détails de l’offre

Créateur de contenu/ Patinage Canada
Date limite : 14 septembre 2015
Les détails de l’offre

Conseiller au développement de l’athlète paralympique de haute performance / Comité paralympique canadien (Ottawa)
Date limite : 21 octobre 2015
Les détails de l’offre

À surveiller

22-13 Cyclisme sur route – Tour d’Espagne (World Tour), plusieurs villes, Espagne
À surveiller : Antoine Duchesne et Dominique Rollin

28-6 Baseball – Coupe du monde des moins de 18 ans (hommes), plusieurs villes, Japon
À surveiller : Vincent Beauregard, Mathieu Deneault-Gauthier et Isaac Deveaux

31-6 Vélo de montagne – Championnats du monde, Vallnord, Andorre
À surveiller : Laurie Arsenault, Raphael Auclair, Léandre Bouchard, Catherine Fleury, Marc-André Fortier, Raphaël Gagné, Maghalie Rochette, Frederique Trudel, Vaea Verbeek et Alexandre Vialle

31-13 Tennis – Internationaux des États-Unis (Grand Chelem de la WTA et de l’ATP), New York, New York
À surveiller : Eugenie Bouchard

1-6 Tennis en fauteuil roulant – Championnats de l’USTA, Saint-Louis, Missouri
À surveiller : Philippe Bédard

1-2 Volleyball – Matchs amicaux Canada c. Brésil (hommes), Edmonton, Alberta
À surveiller : Nicholas Hoag

2-6 Badminton – Challenge international, Guatemala, Guatemala
À surveiller : Philippe Charron

2-6 Cyclisme sur piste – Championnats panaméricains, Santiago, Chili
À surveiller : Hugo Barrette, Kirsti Lay et Remi Pelletier-Roy

2-7 Cyclisme sur route – Tour de l’Alberta (2.1), plusieurs villes, Alberta
À surveiller : Guillaume Boivin

4 Soccer – Troisième ronde de qualification pour la Coupe du monde 2018, Toronto, Canada (premier match face au Bélize)
À surveiller : Maxime Crépeau, Karl W. Ouimette, Samuel Piette

5-6 Paratriathlon – Événement mondial de l’ITU, Edmonton, Alberta
À surveiller : Pierre Ouellet

5-7 Tennis de table – Championnats nord-américains, Westchester, New Jersey
À surveiller : plusieurs Québécois

6 Natation en eau libre – Grand Prix, Capri Naples, Italie
À surveiller : Xavier Desharnais

7-12 Lutte olympique – Championnats du monde, Las Vegas, Nevada
À surveiller : Dorothy Yeats

8 Soccer – Troisième ronde de qualification pour la Coupe du monde 2018, Toronto, Canada (deuxième match face au Bélize)
À surveiller : Maxime Crépeau, Karl W. Ouimette, Samuel Piette

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires