Nutrition des athlètes de boxe en compétition : aider chaque athlète à atteindre ses objectifs nutritionnels

Rencontre avec Ève Crépeau, nutritionniste du sport

Propos recueillis par Audrey Lacroix

 

J’accompagnerai l’équipe canadienne de boxe pour leur camp préparatoire en vue de leur participation aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, en Australie. Parmi les membres de l’équipe qualifiés pour les Jeux, cinq athlètes s’entraînent à l’INS Québec. Ce sont donc des boxeurs avec lesquels je travaille régulièrement. Pour le camp, je conseillerai également l’ensemble des boxeurs canadiens . Je serai avec eux en Australie pendant la semaine précédant la compétition.

Je vais superviser la période où les boxeurs et boxeuses doivent atteindre leur poids de combat. Si la plupart des boxeurs doivent perdre un peu de poids avant leur tournoi, une athlète, elle, doit en gagner. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui illustre bien le fait que je dois adapter la stratégie nutritionnelle aux besoins spécifiques de chaque athlète.

Je dois m’assurer que la nourriture qu’ils consomment concorde avec leurs objectifs en matière de nutrition. Pour ça, je travaille en collaboration avec les cuisiniers de l’hôtel où nous serons logés. Plusieurs semaines avant que nous nous rendions sur place, j’ai communiqué avec eux et consulté leur menu. Je leur ai ensuite fait part de certaines grandes lignes directrices afin d’adapter ce menu aux besoins des boxeurs. Par exemple, je vais recommander d’éviter de mettre au menu des sauces grasses, proposer de servir les vinaigrettes à part et d’incorporer des féculents ainsi qu’une variété de légumes à chaque repas. Connaître le menu à l’avance me permet également de conseiller les athlètes sur certains choix qu’ils devraient privilégier pendant notre séjour.

Mon rôle sur place sera d’aider les athlètes à faire les bons choix alimentaires. Même si la plupart connaissent la théorie, ils ont parfois besoin de conseils pour l’appliquer dans un contexte particulier de compétition, notamment lorsqu’ils voyagent

Contrairement à la croyance populaire, la perte de poids des boxeurs ne se fait idéalement pas en quelques jours. L’objectif est que les boxeurs soient toujours le plus près possible de leur poids de combat. S’ils n’ont pas beaucoup de poids à perdre, ils n’auront pas à se déshydrater ou à couper de façon trop importante les glucides de leur alimentation. Il faut garder en tête que diminuer l’apport en glucides aura un impact négatif sur leurs réserves énergétiques et par le fait même sur leur capacité à performer. Il s’agit donc d’un travail à long terme. Idéalement, pendant le camp préparatoire, nous ne ferons que de petits ajustements à la composition corporelle de l’athlète.

Le succès de la démarche dépend beaucoup de la chimie d’équipe qui s’est créée avec les athlètes et les autres spécialistes qui composent l’équipe de support intégré. La clé au sein de l’équipe de spécialistes est la communication. De façon hebdomadaire, l’équipe de support intégré tient une rencontre afin d’assurer un suivi complet de chacun des athlètes.

Notre but commun? Permettre aux athlètes de développer les outils qui leur permettront de surmonter obstacles et défis pour atteindre leur plein potentiel.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre commentaire





Tous les champs sont obligatoires