Tokyo 2021
Olympique
Paralympique
Beijing 2022
Olympique
Paralympique
Tokyo 2021
Olympique
Paralympique
Beijing 2022
Olympique
Paralympique
Tokyo 2021
Olympique
Paralympique
Beijing 2022
Olympique
Paralympique

Semaine nationale des entraîneurs: David Paradelo et Mike Thompson, deux entraîneurs de haut niveau qui veulent toujours en apprendre plus.

25 septembre 2020
Semaine nationale des entraîneurs: David Paradelo et Mike Thompson, deux entraîneurs de haut niveau qui veulent toujours en apprendre  plus.

SEMAINE NATIONALE DES ENTRAÎNEURS: DAVID PARADELO ET MIKE THOMPSON, DEUX ENTRAÎNEURS DE HAUT NIVEAU QUI VEULENT TOUJOURS EN APPRENDRE PLUS.

DAVID PARADELO, ENTRAÎNEUR DE L’ÉQUIPE CANADIENNE FÉMININE DE WATER-POLO.

David Paradelo est entraîneur de l’équipe féminine de water-polo qui s’est qualifiée pour les prochains Jeux olympiques. Il s’agissait de la première qualification olympique des représentantes de l’unifolié depuis 2004.

Celui qui a étudié en génie chimique profite de la Semaine nationale des entraîneurs pour remercier deux entraîneurs qui lui ont permis de se retrouver où il est aujourd’hui, Daniel Berthelette et Martin Beaudry.

« Daniel Berthelette m’a donné la passion pour le métier d’entraîneur alors que Martin Beaudry m’a transmis la passion pour le water-polo et le désir de m’améliorer », affirme David Paradelo.

Daniel Berthelette l’a pris sous son aile et lui a offert une poste d’entraîneur au sein du club CAMO, l’un des meilleurs clubs de water-polo au Canada. « J’ai pris cette offre d’être entraîneur à CAMO comme un défi. Daniel a su me guider dans mon développement en me donnant de la rétroaction, en me partageant des exercices techniques et en m’aidant avec la planification des entraînements, tout en me laissant mon autonomie. Daniel est reconnu pour son exigence envers les athlètes et il l’était tout autant avec moi », se souvient-il.

Quant à Martin Beaudry, que l’ancien joueur de water-polo a côtoyé de nombreuses années, il a été un bon pédagogue.  « Il m’a enseigné les bases du sport et montré que l’on peut travailler fort tout en ayant du plaisir », soutient l’entraîneur de l’équipe nationale.

Rêvant des Jeux olympiques en tant que jeune athlète, David Paradelo était loin de s’y voir lorsqu’il a fait ses débuts comme entraîneur. « Lorsque j’ai commencé dans le métier, je voulais simplement redonner à mon sport et le faire découvrir », explique celui qui a choisi de s’investir à temps plein dans la carrière d’entraîneur une fois ses études complétées.

Paradelo cherche toujours à se développer et à s’améliorer dans son rôle. Parmi les aptitudes qu’il juge importantes, il y a la capacité de s’adapter à différents athlètes, la créativité, la rigueur et l’intensité. Selon lui, il est aussi essentiel d’avoir une bonne communication avec les athlètes. « Il faut aussi être capable de permettre à toutes les joueuses de s’épanouir dans l’équipe et de bâtir leur confiance », conclut-il.

Merci Martin Beaudry!

Merci Daniel Berthelette!

MIKE THOMPSON, ENTRAÎNEUR-CHEF DU PROGRAMME D’ENTRAÎNEMENT INTENSIF DE PARANATATION – QUÉBEC

Ancien nageur, Mike Thompson avoue ne pas avoir quitté le sport en bon terme. Sa passion pour la natation l’a toutefois ramené dans le sport. « J’ai été entraîneur pendant mes études universitaires. Par la suite, faute de trouver un poste d’entraîneur qui me permettrait de gagner ma vie, je me suis dirigé vers un emploi de bureau. » La flamme pour le rôle d’entraîneur est toutefois plus forte et il devient entraîneur bénévole. « À un certain moment, je combinais trois emplois pour pouvoir être entraîneur dans mes temps libres et le week-end », raconte-t-il. Le bénévolat se transforme en poste à temps partiel puis éventuellement à temps plein.

 Au cours de sa carrière d’athlète, deux entraîneurs l’ont inspiré, Dean Boles et Alan Swanston. « Dean m’a aidé à traverser une période difficile lorsque j’étais nageur. Un peu plus tard, lorsque je nageais avec Alan, nous avions une très bonne relation. Il rendait les entraînements agréables et amusants. Les deux m’ont influencé dans mon style d’entraîneur », explique Mike Thompson.

Parmi ses influences, un de ses pairs se démarque également, Patrick Côté, entraîneur de l’équipe nationale de rugby en fauteuil roulant. « Quand je pense à Patrick Côté, je pense à quelqu’un qui fait des efforts continus afin de récolter des informations et des données. Il est très fort dans l’analyse de la performance. Ce sont des choses qui permettent de passer de très bons à exceptionnels. Il a des idées innovatrices qui traversent les frontières entre les sports. Il est une source d’informations incroyable et m’inspire à être meilleur tous les jours ».  Dans une quête de développement professionnel, Mike Thompson s’est inscrit au Diplôme avancé en entraînement du PNCE. « Faire ce programme à l’INS Québec en français est un défi, mais je désire justement améliorer ma maîtrise de cette langue. L’information qui est partagée dans le cadre de ce programme est fantastique. J’ai toujours hâte aux cours. Quand j’en sors, j’ai tellement de nouvelles idées que je dois faire attention pour ne pas tout intégrer dans un même entraînement. Je suis vraiment chanceux d’apprendre et de me perfectionner tout ayant la possibilité d’implémenter mes nouvelles connaissances dans le cadre de mon travail ».

Le principal trait commun entre Mike Thompson et les trois entraîneurs qui l’inspire : « Nous aimons ce que nous faisons et nous avons du plaisir. Nous sommes heureux de nous lever chaque matin pour faire ce métier exceptionnel. »

Merci Dean Boles!

Merci Alan Swanston!

Merci Patrick Côté!

#MerciCoach