Sciences du sport

Service des sciences du sport

Aux Jeux olympiques et paralympiques, des différences souvent minimes séparent les médaillés des autres compétiteurs. Les athlètes doivent donc disposer des dernières avancées scientifiques et technologiques afin de mieux tirer profit de leur talent, leurs efforts et leur engagement.

Tout comme la préparation physique et l’analyse de la performance, la recherche et l’innovation sont au cœur de la mission de l’INS Québec. Les activités scientifiques se font dans les laboratoires de l’INS Québec et en partenariat avec des unités de recherche universitaires et des entreprises privées.

L’INS Québec accueille des entreprises qui développent des produits, des logiciels ou des méthodes dont pourront se servir les groupes d’entraînement de haut niveau résidents et non résidents. Les travaux de recherche et d’innovation ont trait à toutes les sciences en lien avec le sport de haut niveau : biomécanique, physiologie, psychologie, apprentissage de gestes et de stratégies, etc.

La science au service des athlètes

Anthropométrie

On mesure la composition corporelle de l’athlète avec un Bod Pod. Cet appareil non invasif et précis utilise la pléthysmographie par déplacement d’air pour déterminer la densité corporelle, ce qui permet d’apprécier la masse maigre et la masse grasse du corps.

Suivi de la performance

Dans le laboratoire de physiologie de l’exercice, on peut notamment mesurer la consommation maximale d’oxygène (VO2max) et l’efficacité de la gestuelle, à l’aide du chariot métabolique Vmax. L’appareil métabolique portable Cosmed K5 nous permet aussi de tester l’athlète sur le terrain de sport. Le tapis roulant h/p/cosmos convient aux athlètes de haut niveau en permettant de varier la vitesse et la pente sur une vaste étendue. On utilise également d’autres appareils pour mieux simuler le sport de l’athlète, par exemple, des ergocycles Lode et des ergomètres simulant le kayak ou le canoë.

Pour apprécier l’aptitude aérobie, anaérobie, ou encore la capacité à répéter des sprints chez des athlètes évoluant dans des sports sollicitant surtout les membres supérieurs, on mise sur des tests d’effort avec ergomètre à bras Lode qui peut imposer une puissance pouvant aller jusqu’à 2500 watts.

Pendant les séances de sprints de course à pied, de natation ou de patinage (effectués de façon assistée ou avec résistance), les préparateurs physiques de l’INS Québec peuvent mesurer la puissance, la force, la vitesse et l’accélération à l’aide d’un appareil portable, le 1080 Sprint. On fait également le suivi de l’aptitude à changer rapidement de direction.

Plusieurs appareils permettent aux scientifiques de l’INS Québec de faire des mesures physiologiques sur le terrain de sport. Par exemple, à l’aide d’un test maximal avec augmentation progressive de la vitesse, on peut évaluer en piscine l’aptitude cardiorespiratoire tout en suivant l’évolution de paramètres clés au fil des paliers : perception de l’effort, fréquence cardiaque, concentration sanguine de lactate, etc. En altitude, on utilise un saturomètre au doigt pour mesurer le taux d’oxygène dans le sang des athlètes.

Performance neuromusculaire

À l’aide du test de saut vertical sur plateforme de force, les préparateurs physiques mesurent l’impulsion, la force et le temps de vol, ainsi que d’autres indices de la fonction neuromusculaire, très utiles dans le suivi de la charge quotidienne d’entraînement des athlètes.

Analyse de la performance

Les scientifiques de l’INS Québec assurent au quotidien le suivi et l’analyse de la performance sur les plans énergétique, neuromusculaire et technique. Par exemple, des mesures et des analyses vidéo permettent de fournir rapidement une rétroaction utile à l’apprentissage et au perfectionnement de gestes complexes, tout en éclairant les analyses techniques que doivent effectuer les entraîneurs pour bien encadrer les athlètes.

Un des éléments clés de l’analyse de la performance qu’effectuent au quotidien les scientifiques de l’INS Québec repose sur des mesures biomécaniques effectuées durant l’effort à l’aide des capteurs dynamométriques positionnés sur divers membres de l’athlète.

Suivi et analyse de la performance

Les athlètes, les entraîneurs, les cadres sportifs et le personnel scientifique et médical de l’INS Québec utilisent un système informatique (développé pour l’INS Québec par l’entreprise québécoise Hexfit©) qui permet d’enregistrer, d’organiser, de partager et présenter des données scientifiques, sportives et médicales sous forme de tableaux de bord actualisés en temps réel. Cela facilite le travail de tous les membres de l’équipe de soutien intégré qui doivent constamment prendre des décisions objectives favorisant les performances tout en diminuant les risques de blessure ou d’entraînement excessif.

Récupération

L’INS Québec offre aux athlètes un service visant à améliorer la récupération physique et mentale qui mise sur des technologies et des protocoles innovants, fondés sur les développements scientifiques les plus récents. Les athlètes ont par exemple accès à des stimulateurs de flux sanguin tel que le VeinoplusSport©, des bains froids (qui permettent, suivant certains protocoles, d’atténuer les courbatures) et des méthodes d’avant-garde favorisant la détente, le repos et, donc, la régénération entre les séances intensives d’entraînement.

Sommeil

À la clinique du sommeil de la clinique médico-sportive de l’INS Québec, les athlètes  peuvent utiliser des lits à jet massant pour une récupération accélérée ou un sommeil davantage réparateur. Ils ont également la possibilité d’évaluer leur activité durant leur sommeil de façon très précise à partir d’accéléromètres digitaux triaxiaux Motion Watch©. L’objectif est d’abord d’améliorer leur sommeil, mais aussi d’élaborer des stratégies individuelles qui ont pour but de limiter les effets négatifs des vols prolongés nécessaires pour se rendre sur les sites d’entraînement ou de compétition.

Comité recherche et innovation (CRI)

Constitué de spécialistes scientifiques, médicaux et professionnels des secteur universitaire et privé, le Comité recherche et innovation (CRI) conseille l’Institut national du sport du Québec sur toute question relative à ses activités scientifiques et techniques, en cours ou projetées. Aussi le CRI aide-t-il l’INS Québec à concrétiser ses ambitions de devenir et demeurer le lieu de convergence de la recherche en sport de haut niveau au Québec et de briller sur les scènes canadienne et internationale.

Nommés par le président-directeur général de l’INS Québec, les membres sont choisis pour leur expertise (et non pas en tant que représentants de leur organisation d’origine). La participation aux travaux du CRI se fait sur une base volontaire. Les personnes désignées demeurent membres pendant au moins deux ans. Pour traiter de questions particulières, d’autres spécialistes peuvent se joindre au CRI, y compris des personnes de l’étranger. Les séances de travail (tenues selon les besoins, environ quatre par année) sont animées par le directeur Sciences du sport de l’INS Québec, qui est accompagné de la directrice médicale. D’autres membres du personnel peuvent assister aux échanges du CRI. Entre les réunions, l’INS Québec partage l’information pertinente et peut consulter des membres en différé.

Membres du Comité recherche et innovation de l’INS Québec
Mme Christiane Barette, MEDTEQ

M. Mickaël Begon, Université de Montréal

M. Louis Bherer, Institut de cardiologie de Montréal

Mme Theresa Bianco, Université Concordia

M. François Billaut, Université Laval

Mme Geneviève Dutil, LX Sim

M. Jean-Philippe Gagnon, Innovitech

M. Éric Goulet, Université de Sherbrooke

M. Jeff Haince, SOVAR

Pierre Harvey, EKOGEN

Mme Marielle Ledoux, Université de Montréal

M. Stéphane Perreault, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Bernard Petiot, Cirque du Soleil

M. Denis Rancourt, Université de Sherbrooke

M. Pierre Sercia, Université du Québec à Montréal

Dr Ian Shrier, Université McGill

M. Jonathan Tremblay, Université de Montréal

M. Maxime Trempe, Université Bishop’s

M. Pierre Trudel, Université d’Ottawa

Stages à l’INS Québec

Les scientifiques de l’INS Québec, y compris les préparateurs physiques, supervisent des stages de formation et de perfectionnement. Les étudiants et professionnels stagiaires peuvent ainsi mettre en pratique leurs connaissances tout en contribuant aux services de l’équipe scientifique. Ces opportunités exceptionnelles d’immersion dans le milieu du sport de haut niveau sont rares et varient en fonction des besoins des groupes d’entraînement de haut niveau et des activités de recherche et d’innovation. Les stages demandent une présence dans les locaux de l’INS Québec et parfois sur différents lieux d’entraînement et de compétition.

Les étudiants et les professionnels qui désirent réaliser des stages en sciences du sport de haut niveau peuvent transmettre leur curriculum vitae et préciser leurs motivations en utilisant le lien prévu à cet effet dans la section Carrière. Les candidatures sont examinées chaque semestre, en fonction des opportunités et des besoins.